Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Les choses de la vie

Début mars dernier, le téléphone sonne. Je décroche. Quelqu'un me dit:

- Etes-vous Michel Bonnefoy ?

- Oui

- Travailliez-vous autrefois à la Librairie des Ecoles ?

- Oui

Un peu surpris, je réponds sans doute froidement, en me demandant ce que veut me vendre ce « démarcheur », car je suis sollicité par téléphone quotidiennement !

J'ai quitté la Librairie des Ecoles depuis plus de 20 ans. Que peut-on me vouloir ? .....Aucune proposition commerciale aujourd’hui, car mon interlocuteur se présente :

- Je suis Florian, …. de Fongueusemare.

La mémoire est curieuse. A peine entendu le prénom, je reconnais la voix de celui qui était un gamin puis un jeune adolescent lorsque j'ai quitté la Normandie pour Paris. Le timbre de voix n’a pas changé. La dernière fois que j’ai vu Florian, il devait avoir environ 14 ans…. Me voici remontant un temps qui a passé bien vite ….Florian continue :

Papa part en retraite en juin et nous voudrions lui faire une surprise avec la présence de tous ses anciens élèves.

- Mais je ne suis pas un ancien élève. Je n’étais qu’un fournisseur de l’école et de la mairie.

- Oui, mais je sais que Papa serait très heureux que tu sois là. (« tu » est arrivé aussi facilement qu’autrefois, pour l'un et l'autre).

- A quelle date organisez-vous cette fête ?

- Le 20 juin.

- Normalement, à cette date, je devais être en Thaïlande, mais j’ai retardé mon prochain voyage. jje peux être des vôtres, avec grand plaisir.

- Si tu as mon Père au téléphone, c’est TOP SECRET, précise Florian.

- Bien entendu. (Je me suis bien gardé de téléphoner pour le cas où je ferai une maladresse !!)

Nous évoquons rapidement le passé car j’avais revu plusieurs fois ses parents depuis mon départ de Normandie, mais Florian et sa sœur avaient chacun « tracé leur route » et ils n’étaient pas présents lors de mes visites.

20 juin 2009.

Comme à chaque fois que je retourne en Normandie, je revis une partie de ma vie. Vingt ans, à sillonner les routes, afin de créer une clientèle de collectivités pour la Librairie Papeterie des Ecoles, ensuite pour fidéliser cette clientèle, puis j'ai laissé le flambeau à un jeune représentant, pour m'occuper plus particulièrement d’un nouveau développement en région parisienne et à l’étranger, jusqu’en mars 1989 où je changeais de librairie.

Le papa de Florian, Jean Marc, fût autrefois, l’un de mes fidèles clients, dès son arrivée dans ce petit village de Fongueusemare, à un peu plus d'une dizaine de kilomètres d’Etretat. 
[ Voir la carte de la région avec Google ]  

Si vous ne connaissez pas ETRETAT, voici une vidéo (durée 2 mn 30):

Florian avait un an. Il en a aujourd’hui 35. Sa sœur est née un peu plus tard et je lui donnerai le surnom de « grain de sel », car, toute petite, elle ne manquait pas de bagout et de réparties. Ces enfants ont grandi et j’ai retrouvé avec émotion des adultes et … leurs enfants. Leur maman, Danielle, est toujours aussi attentionnée et chaleureuse pour tous.

Une petite fête – m’avait-on dit - était organisée, mais en arrivant sur les lieux, cela ressemblait plutôt à une kermesse !  

Quelle organisation ! Quelle mise en scène !

Ordre avait été donné pour que nous ne passions pas devant l’école pour nous rendre à la soirée, au hameau de Mont Roty.  Il ne fallait pas que ce samedi soit différent de tous les autres. Jean Marc, s’il savait qu’il y aurait une petite cérémonie, était bien loin de se douter de ce qu’il allait vivre un peu plus tard.

En effet, les nombreuses tables sous ces chapiteaux, permettent d’imaginer une soirée grandiose. L’orchestre se met lentement en place, des bénévoles s’agitent pour les derniers préparatifs. Quelques personnes s’occupent du parking dans un pré voisin d’autres commencent à faire cuire les barbecues … Les uns et les autres arrivent avec des victuailles plein les bras.
Plus de 300 personnes sont attendues 


Après la traditionnelle cérémonie de remises des prix à l'école (la dernière) pour Jean Marc, il est conduit vers nous, toujours dans l'ignorance de cette importante soirée.

Je suis admiratif, que dans ce petit village, personne n’ait « vendu la mèche ». Quelle discipline et quelle envie de lui faire un grand plaisir pour son départ. La discrétion est aussi une marque de sympathie. Il fallait que ce soit une surprise, une vraie surprise et même les enfants, élèves, de sa dernière classe, n’ont pipé mot !

Bien évidemment, une émotion intense planait sur tous à l’arrivée de Jean Marc et sa famille.

Les embrassades durèrent longtemps car la quasi-totalité de ses anciens élèves était présents. Certains venaient de fort loin. Lozère – Alsace – Belgique – Bretagne …etc. …

Voir toutes ces personnes, heureuses d’être présentes, heureuses de dire un « au revoir » à leur ancien Instituteur (aujourd’hui il faut dire Professeur des Ecoles), heureuses de partager avec lui l’une de ces dernières journées de sa carrière était un pur bonheur. Une scène de vie de province, où le respect se transforme en amitié, en reconnaissance pour celui qui apprit à lire et à écrire à toutes ces femmes et ces hommes,  aujourd'hui adultes , dans cette petite classe unique de la campagne normande.
Le nombre d’élèves en 34 années de présence dans ce village, n’a aucune proportion avec les classes de villes. Dans cette classe unique, les enfants restaient du Cours préparatoire au cours moyen 2ème année, c'est-à-dire 5 ans.

La petite commune était en fête ce jour là. Combien de fois ai-je entendu durant la soirée, les gens présents dirent, en parlant de Jean Marc, « Il le mérite », « c’est un homme de bien », « Il va nous manquer »….

Après l’apéritif, vinrent les remerciements officiels par Monsieur Le Maire et l’ancien Maire, poème des derniers élèves qui aurait presque pu être interprété sur un air de Rap, fleurs pour Madame. A ce moment là, un ancien élève me dit : « Elle nous faisait des gâteaux pour les anniversaires ». ! Cadeau pour le récipiendaire, qui à son tour, la voix cassée par l’émotion, dit ses remerciements devant toutes ces marques d’affection.

Un peu plus tard, le buffet était à la disposition des convives alors que le soleil disparaissait derrière les collines, laissant un châle de fraîcheur normande tomber sur nos épaules.

La musique devenait plus forte lorsque je quittais discrètement tout le monde.

Je regagnais Paris, heureux d’avoir pu participer à cette surprise, heureux d’être revenu en Normandie, heureux de garder des contacts, heureux de cette tranche de vie inoubliable… et bien méritée pour Monsieur l’Instituteur de Fongueusemare, à qui je dis sincèrement :


« Bonne et longue retraite Jean Marc ».

...

 

Retraite Remerciements

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog