Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Rues et quartiers

des ordres...

Voila, c'est fait !...

Retouche.JPG

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Expositions

Hier matin samedi 24 septembre, avec JP (grand chercheur d'images) nous avons parcouru la 3ème biennale des images du monde située Quai Branly à Paris.


Extrait de l'éditorial par Stéphane Martin Président du Musée du Quai Branly.

"Lorsque nous avons imaginé Photoquai en 2007, l'ambition du musée du quai Branly était de donner une chance à la photographie non occidentale, mais aussi de croiser les regards afin de renouveler, voire de bousculer les visions du monde, tout en dynamitant la relation entre la photographie et les musées d'ethnologie. Quatre ans et trois édition plus tard, Photoquai 2011  s'incscrit dans la même veine. Et le succés grandissant de la biennale, avec 419526 visiteurs en 2009, prouve que la analyse qui a présidé à sa fondation, à savoir que la photographie circule étrangement peu et que l'art photographique possède sa place au sein des musées d'ethnologie, était et reste pertinente."


Voici un extrait de quelques clichés. Si vous le pouvez, n'hésitez pas à vous rendre à quelques pas de la Tour Eiffel à Paris, pour visiter cette exposition gratuite.

 

Photoquai-01.jpg

 

Photoquai 02

COLOMBIE Julian Lineros

Photoquai 04

INDONESIE  Jim Allen Abel

Photoquai 05

 

Photoquai 07

 

Photoquai 08

 

Photoquai 10

CAMBODGE Hak Kim

Photoquai 11

TANZANIE Mwanzo Millinga

Photoquai 12

 

Photoquai 13

 

Photoquai 14

 

Photoquai 15

 

Photoquai 16

 

Photoquai 17

 

Photoquai 18

 

Photoquai 19

 

Photoquai 20

 

Photoquai 06

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Çà m'énerve !

Certains Sénateurs feront peut-être la grimace ce soir, d’autres seront ravis de s’installer au Sénat. La crise est partout en France, mais elle ne semble pas avoir touchée cette noble institution. Du reste, un certain nombre de sénateurs peuvent prétendre à la retraite. Une retraite très généreusement distribué pour eux. 

Pour justifier mes propos, vous trouverez ci-dessous un  rappel de quelques  articles de presse dont les derniers ne remontent qu’à quelques semaines.

La retraite des sénateurs est passée en 2007 de 53 ans à 60 ans. Un mandat suffit pour qu’un ancien parlementaire touche 1.553 euros par mois  à partir de 60 ans. Deux mandats permettent de recevoir une retraite de 3.096 €uros, pour trois mandats 4.644 €uros et ainsi de suite jusqu’à un plafond de 6.192 euros.

Leur régime « très spécial » leur permet de recevoir 6 euros pour 1 euro cotisé alors que le régime général reverse 1, 5 euro pour 1 euro cotisé !... Cherchez l’erreur !...

Lire " La retraite des parlementaires"   Sources Internaute.com

Lire " Députés et sénateurs bénéficient de régimes spéciaux de retraite particulièrement avantageux" sur Capital.fr

Enfin, le 9 septembre dernier, Médiapart révélait  que les sénateurs les plus gradés (président de groupe, de commission, secrétaire de bureau…) pouvaient percevoir un complément de retraite variable entre 700 et plus de 5.000 euros s’ils ont occupé l’une de ces fonctions pendant 3 ans.

Lire "La retraite en or cachée des dignitaires du Sénat" > Médiapart.

 

Egalité, vous avez dit Egalité ?... C'est quoi l'Egalité ?...

 


J'avais déjà réalisé un article sur ce sujet le 30 mai 2010 : Voir cet article.

 

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Humour

Un homme portant cravate se présenta un jour dans un village. Monté sur une caisse, il cria à qui voulait l’entendre qu'il achèterait cash 100 euros l’unité tous les ânes qu’on lui proposerait. Les paysans le trouvaient un peu étrange mais son prix était très intéressant et ceux qui topaient avec lui repartaient le portefeuille rebondi, la mine réjouie. Il revint le lendemain et offrit cette fois 150 € par tête, et là encore une grande partie des habitants lui vendirent leurs bêtes. Les jours suivants, il offrit 300 € et ceux qui ne l’avaient pas encore fait vendirent les derniers ânes existants. Constatant qu’il n’en restait plus un seul, il fit savoir qu’il reviendrait les acheter 500 € dans huit jours et il quitta le village.

 AnesLe lendemain, il confia à son associé le troupeau qu’il venait d’acheter et l’envoya dans ce même village avec ordre de revendre les bêtes 400 € l’unité. Face à la possibilité de faire un bénéfice de 100 € dès la semaine suivante, tous les villageois rachetèrent leur âne quatre fois le prix qu’ils l’avaient vendu et pour ce faire, tous empruntèrent.
Comme il fallait s’y attendre, les deux hommes d’affaires s’en allèrent prendre des vacances méritées dans un paradis fiscal et tous les villageois se retrouvèrent avec des ânes sans valeur, endettés jusqu’au cou, ruinés. Les malheureux tentèrent vainement de les revendre pour rembourser leur emprunt. Le cours de l’âne s’effondra. Les animaux furent saisis puis loués à leurs précédents propriétaires par le banquier. Celui-ci pourtant s’en alla pleurer auprès du maire en expliquant que s’il ne rentrait pas dans ses fonds, il serait ruiné lui aussi et devrait exiger le remboursement immédiat de tous les prêts accordés à la commune. Pour éviter ce désastre, le Maire, au lieu de donner de l’argent aux habitants du village pour qu’ils paient leurs dettes, le donna au banquier, ami intime et premier adjoint. Or celui-ci, après avoir rétabli sa trésorerie, ne fit pas pour autant un trait sur les dettes des villageois ni sur celles de la commune et tous se trouvèrent proches du surendettement.

Voyant sa note en passe d’être dégradée et pris à la gorge par les taux d’intérêts, la commune demanda l’aide des communes voisines, mais ces dernières lui répondirent qu’elles ne pouvaient en aucun cas l’aider car elles avaient connu les mêmes infortunes.Sur les conseils avisés et désintéressés du banquier, toutes décidèrent de réduire leurs dépenses : moins d’argent pour les écoles, pour les programmes sociaux, la voirie, la police municipale... On repoussa l’âge de départ à la retraite, on supprima des postes d’employés communaux, on baissa les salaires et parallèlement on augmenta les impôts. C’était, disait-on, inévitable mais on promit de moraliser ce scandaleux commerce des ânes.

 

Photo : Les ânes d' AYDAT Commune d'Auvergne


 

Merci et bravo à celle ou celui qui a écrit ce texte......

 


Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Surprenant !

Ce n'est pas une petite maison dans la prairie, mais... un petit immeuble dans un quartier prestigieux de Paris....

Pied-a-terre-parisien.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog