Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Aout 2006 - Les jours passent et je constate que Jak décline sérieusement. Je reparle d’hôpital en expliquant une fois encore qu’il est absolument indispensable de suivre les conseils d’un médecin…. Ce n’est pas très facile de lui expliquer et je dois employer quelques mots très durs sur les risques encourus… et la mort. Mais la mort est perçue différemment par un Thaïlandais, alors ce n’est pas facile pour moi et parfois me dis-je « Qui suis-je pour parler ainsi ? »

 

Néanmoins, il accepte de retourner à l’hôpital. Il revient deux jours plus tard et me dit qu’il n’a pas attendu car son numéro de ticket était plus que 200, donc plus de 200 personnes avant lui et c’était trop long !!!!

Bon, je recommence mes explications…. Et après plus d’une heure de dialogue (parfois de sourd) il accepte de retourner à Bangkok le lendemain ….

 

Il revient avec de nouveaux médicaments. Chaque jour, je le voie et l’oblige à se nourrir normalement. Je parle avec lui longuement, assis chacun sur une chaise longue malgré les regards désapprobateurs de nos fameux touristes (mais des Thaï aussi !) car la maladie se voit de plus en plus.

 

Pendant quelques jours tout va assez bien. Puis, Pourquoi ? Comment ?  Cela ne va bien du tout. Fatigue, de plus en plus de problèmes sur la peau, problème à un œil et une infection au niveau de la narine… Je lui dis d’aller à la pharmacie qui lui donne … du paracétamol !

Quelques jours encore, et la santé devenant de plus en plus critique, je reparle d’hôpital… Il verra demain…donc le lendemain, je recommence mes explications et il accepte – enfin – de retourner à Bangkok… bientôt !


Il ne vient plus à la plage durant 3 jours et lorsqu’il réapparaît, c’est à pleurer de le voir dans cet état. En quelques jours il a du perdre 5 kilos. Tout s’est empiré et il a – en plus – des abcès dans la bouche qui déforme son visage.  

 

Et nous convenons qu’il doit aller de toute urgence à l’hôpital, mais l’urgence d’un Thaï n’est pas l’impatience de Michel… et je dois faire avec.  Sur ce, un français passe et me disant bonjour, le voit, assis à mes cotés dans cet état lamentable !..  

 

Explications … à nouveau … 

-   Français – « Oh la la mais Jak ne va pas bien » 

  Moi – « Oui, c’est le moins qu’on puisse dire – il accepte d’aller à l’hôpital à Bangkok demain, et même à ce stade, je ne peux faire plus »

-   Français – « Je vais essayer d'appeler le Docteur qui l'a déja soigné »

 

 

Français – « Oh la la mais Jak ne va pas bien »

Moi – « Oui, c’est le moins qu’on puisse dire – il accepte d’aller à l’hôpital à Bangkok demain, et même à ce stade, je ne peux faire plus »

-   Français – « Je vais essayer d'appeler le Docteur qui l'a déja soigné »

 

Il laisse un message car le téléphone est occupé.

Il retourne vers Jak et lui dit que… peut-être… le Docteur .... Jak se met aussitôt en colère. Il parle Thaï au farang qui le comprend, moi,  je ne comprends pas, mais il ne semble pas content du tout !!!!

-     Français se tournant vers moi Tu vois, c’est un connard , tu vois comme il me parle, alors moi, ça va bien hein !!!

-     Moi – Oui, je vois même si je n’ai pas compris, mais il est dans un si mauvais état !  Laisse-moi un peu avec lui, je vais lui parler.

-     Français– Ok, je te passerai le Docteur lorsqu’il me rappellera.

 

Et il retourne s’asseoir à la plage à côté.

 

Jak continue de marmonner en Thaï. Il est vachement en colère le bougre !  Ce n’est pas un problème pour moi. Calme, Calme… il se détend un peu et je lui demande :

-     Est-ce que tu as été soigné par ce Docteur ?

-     Oui

-     Et pourquoi tu n’es plus soigné ?

-     Il fallait que je paye 3000 bath par mois et je n’avais pas l’argent  (3000 bath = environ 60 Euros- le salaire moyen d’un employé varie entre 3000 et 5000 bath)

-     Est-ce que tu as été soigné par des Sœurs à Bangkok ? (On m’avait dit qu’il avait quitté ce centre, sans terminer son traitement)

-     Oui

-     Et qu’est ce qui s’est passé ?

-     Il fallait que je paye

Bon, je ne vais pas chercher à comprendre où est la vérité dans tout cela… pas le temps et de toute façon, c’était autrefois – revenons à aujourd’hui : j’explique à Jak que je ne peux pas le kidnapper pour le faire soigner, que je ne le conduirais pas de force chez le Docteur, que sa vie lui appartient … etc..

-     Si tu veux rentrer chez toi et aller à Bangkok demain, tu pars…

 

Ce qu’il fait, en me promettant d’aller à l’hôpital.

 

Peu après son départ, le Docteur téléphone et je peux lui parler longuement.

Il me confirme qu’il connaît bien Jak. Qu’il l’a par deux fois soigné et remis en forme, mais qu’ensuite le traitement n’était plus suivi.

 

Ce docteur me dit aussi tout net, que pour lui, il y a deux sortes de malades :

 

1 – Ceux qui veulent vivre et font des efforts > à qui il accorde le maximum pour les aider

2 – Ceux qui ne sont pas sérieux, qui ne suivent pas les traitements > et pour ceux là, il ne veut rien faire.

 

Pour Jak, il ne veut pas reprendre les soins car les examens à refaire pour donner un protocole adéquat à son état sont de 20.000 à 30.000 bath environ.

Bien sur, cet argent sera en moins pour ceux qui veulent se soigner !

 

J’aime bien les situations au carré, alors je peux comprendre ce raisonnement, fort dur, mais clair !  Il m’explique alors qu’il peut se faire soigner dans un hôpital de Pattaya avec un coût de 30 bath par jour soit 1000 bath par mois = 20 Euros. C’est une nouvelle orientation de soins pour les malades du Sida pris en charge par le gouvernement Thaïlandais.

 

Voilà où nous en sommes le mercredi 16 août 2006.

 

Normalement, jeudi 17, Jak devrait être à Bangkok, peut-être pour quelques jours.

 

Il possède mon numéro de téléphone thaïlandais pour appeler « au secours » si nécessaire !

 

Si les résultats ne sont pas probants, compte tenu des propos du Docteur  je le conduirai à l’hôpital civil de Pattaya… mais là, ce sera une autre histoire car dans ces hôpitaux, l’on ne parle que Thaïlandais !

 

Pour terminer, jeudi 17, je suis allé voir le médecin francophone qui n’avait pas répondu à mon email, en le priant de bien vouloir m’excuser pour l’insolence de ma demande…et je lui ai expliqué mon contact téléphonique avec le Docteur (ayant soigné Jak)  et la situation de ce garçon.


Il était désolé de ne m’avoir pas répondu !!…

 

8 septembre 2006 – Départ pour la France
Prochain retour en Thaïlande - 13 octobre 2006

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog