Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Octobre 2006 - La propriétaire de cet endroit, une femme, maquillée comme un clown, ne me plait pas du tout. Je pense à cet instant aux  Thénardiers !

 

Je les laisse négocier mais pour sur que cette chambre a subi une sacrée inflation avec ma présence… tant pis, il faut bien une solution. Je ne demande pas à visiter les lieux tellement je suppose le pire.

 

Sur la promesse qu’il se repose, se soigne et mange, et me rappelle bientôt, je le quitte en  retournant à l’hôtel envahit par une grande tristesse et un sentiment d’impuissance.

 

Deux jours plus tard, nouvel appel. Rien qu’au son de sa voix je sais que cela ne va pas. Me voilà à nouveau en route mais maintenant je sais parfaitement où le trouver.

 

Sans nuage, sans pluie et sous un soleil de plomb, je me retrouve dans cet endroit qui est encore plus misérable. Une vraie cour des miracles… le moyen âge.

 

Madame Thénardier m’attend et m’invite à entrer dans son royaume.


Imaginez :  Un immeuble en béton, dont la construction n’est jamais arrivée à terme, (ou dont on a commencé et stoppé la démolition) sans portes et sans fenêtres, des escaliers sans rambardes laissant dépasser de ci de là  des tringles en métal, des fils électriques se promenant entre les étages… tout cela dans une saleté inimaginable. Les « chambres » sont délimitées par des panneaux de contreplaqué, le même qui est utilisé pour les fenêtres et les portes.


Je grimpe les étages jusqu’au 3ème, pousse le rideau qui sert de porte et … sur un matelas, à même le sol : JAK, allongé, les yeux perdus dans le vide, il tourne péniblement la tête lorsque je lui parle.
 

Il est de plus en plus amaigri, son corps de la tête au bout des pieds n’est que taches ou plaies à vifs.
    - Jak, est ce que tu as pris tes médicaments ? 
    - Oui (mais je ne suis pas très convaincu)
    - Est ce que tu as mangé ?

    - Un peu …
    - Est ce que tu peux te lever
    - Non, tiep tiep (tiep veut dire mal tiep tiep très mal)
   - Est ce que tu veux aller à l’hôpital 
   - Non, un farang m’a conduit, on m’a donné des médicaments et  je suis revenu … !!!!!!.....
    - Est ce que quelqu’un t’aide ?
    - Oui le farang va peut-être me conduire à l’hôpital de Rayong.
    - Quand ?
    - Je sais pas, demain, la semaine prochaine …
Je suis de plus en plus désemparé.
    - Jak, tu as le numéro de téléphone du Farang
    - Oui,

Il ouvre son sac et ne le trouve pas, s’énerve un peu !
    - Ca ne fait rien, je reviens demain. Tu veux quelque chose à manger
   - Non j’ai mangé ce matin des nouilles !!

 

Retour le lendemain matin :

Je trouve porte close en bas de l’immeuble (plus exactement, la tôle ondulée clouée sur deux pieux est fermée par un cadenas). J’interpelle Mme Thénardier
    - Où est Jak ? 
    - Là haut
    - Je veux le voir.

 

Alors elle se met au milieu de la rue et hurle en thaïlandais « Le farang est en bas » - Aucune réponse. Elle crie encore puis me dit :
    - Tu bois une bière ?
    - Non merci
    - Tu me payes une bière ?
    - Oui si tu veux
    - Tu me donnes des sous ?
    - Combien ?
    - 100 bath (c’est le double du prix normal, soit 2 euros, mais je ne dis rien pensant ainsi l’amadouer).

 

Elle envoie un boy chercher son breuvage du matin, revient de sa « cuisine » avec un chiffon d’un gris/noir douteux en se tamponnant le coin des yeux, laissant croire qu’elle essuie des larmes … et me dit :
    - Il est très malade, il est très pauvre, il n’a pas de famille
    - Oui je sais mais il a une famille qui ne veut plus de lui parce qu’il est malade !

 

Toutes ces simagrées m’énervent et je lui dis que si je ne vois pas Jak je pars… car soudain, je me prends à penser  que peut-être l’autre farang l’a emmené avant mon passage et que la maquerelle me fait un cinéma pour m’extorquer quelques sous.

Je me lève et fait mine de partir. Non ! dit elle, ne pars pas… Elle crie encore en regardant le 3ème étage puis n’ayant aucune réponse demande à un gamin de  3 ou 4 ans (son fils ?) d’aller voir. Le gamin traîne un peu les pieds, essuie quelques morves avec son tee shirt et se glisse à plat ventre sur le béton, sous la tôle ondulée. Il y a environ 35 centimètres et je frémis en voyant les bouts de tôles rouillées au dessus des reins du gamin. Lentement, la tête puis le corps et les jambes disparaissent dans le taudis… Et nous attendons au moins dix minutes lorsque le gamin tend sa main avec une clé de cadenas. On ouvre la porte et je monte à l’étage.

 

Jak est – hélas – toujours là, sur son matelas mais il ne peut se lever. Une fille dort dans un coin de la pièce. Visiblement, sa soirée a dû être chargée en boisson, elle ouvre un œil émet quelques grognements et se rendort.  Apparemment, elle non plus ne pouvait pas se lever mais pour d’autres raisons.

Discussions habituelles avec Jak. Il me donne aussitôt la carte de visite du farang.

Son prénom est Kévin. L’espoir revient qu’à deux nous puissions enfin trouver une solution.

Je dis que je reviendrai ce soir.

 

Au cours de cette journée je n’arrive pas à joindre Kévin au téléphone.

En fin de journée, je retourne chez Jak accompagné d’un jeune Thaïlandais, Somsak, qui me dit qu’il ne faut pas aller seul la nuit là-bas !

Nous montons les étages à tâtons car il n’y a aucune lumière dans les escaliers, nous nous guidons avec la lumière de l’écran du téléphone portable de Somsak et nous arrivons lentement au 3ème étage.

 

Dans la chambre, Jak, sur son matelas, un bébé qui dort et la femme  du matin qui nous regarde à peine. On ne peut pas dire qu’elle fasse du ménage car la pièce n’a pas du voir un chiffon ou un balai depuis bien longtemps, ou alors le seul chiffon de l’immeuble appartient à Mme Thénardier !!

 

Nous restons un moment avec Jak, nous assurant qu’il n’a besoin de rien de particulier et redescendons – toujours à tâtons - …. Je suis de plus en plus perturbé. Que puis faire ?…

 

La nuit suivante, j’échafaude encore une fois mille projets, autant de solutions qui s’avéreront, au petit matin,  toutes aussi stupides que celles des nuits précédentes

immeuble soi2 devant blog

En haut la "belle" façade
En dessous la façade arrière !

005.JPG


Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog