Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Arrivé à Pattaya jeudi 21 Décembre 2006, je vais le lendemain à CAMILLIAN - Mission catholique de Rayong pour  visiter  Jak  et les autres malades.

Certains ne sont plus là, mais les lits sont tous occupés par de nouveaux patients.


Je retrouve Jak, sur une chaise roulante, dehors, installé au soleil, la tête cachée par le capuchon d’un vêtement noir (on dirait un capucin). En me voyant un sourire éclaire son visage.

-  Comment vas-tu Jak en ce moment ?

-  Nit noï (ce qui veut dire, un petit peu, donc j’interprète : c’est moyen).

 

En effet, j’ôte son capuchon et, si je suis heureux de constater que la couleur violacée (Kaposi ? ) qui envahissait son crâne semble un peu atténuée, il n’en est pas de même pour la figure, très fortement marquée !...

Je constate également que les problèmes de peau (Candidoses ?) sont réapparus, malgré les soins. Les ongles sont aussi dans un mauvais état, pratiquement identiques au mois d’octobre. Enfin, une vilaine toux le fatigue, et il crache ce qui le gène dans un sac plastique. C’est un peu difficile à supporter et cela a fait partir en courant un autre malade lors du déjeuner !...


Voilà, la situation est bien loin d’être satisfaisante, et je suis triste pour lui, mais je ne m’attendais pas à un miracle, compte tenu de l’état dans lequel nous l’avons conduit le 31 octobre. Le personnel est toujours aussi attentionné, affectueux et compréhensif.

 

Alors que j’étais accroupi devant le fauteuil roulant pour parler à Jak, je sens sur mon dos une présence, puis une tête d’enfant se cale sur mon épaule, contre ma joue.
Je ne bouge pas pendant quelques instants, puis me retourne lentement. Je vois un garçon qui me semble avoir cinq ans, compte tenu de sa taille. Il a en réalité huit ans et s’appelle TEU. Il est malade depuis sa naissance et de plus il me semble qu’il est légèrement Mongolien. Il se câline et je laisse faire puis il me montre deux billes à jouer qu’il a dans sa poche.
Et, me voilà à quatre pattes en train de jouer aux billes avec lui. Cela dure environ dix minutes, puis il me prend par la main et me fait comprendre de le suivre. Je me laisse guider jusqu’à un petit bassin avec des cailloux et de l ‘eau situé près de la Chapelle.
Il me tend une épuisette que je refuse dans un premier temps en lui faisant comprendre de là prendre, lui. Il insiste et je finis par prendre en main cette fameuse épuisette que j’introduis dans l’eau.
A ce moment, un responsable de Camillian nous aperçoit et crie en Thaïlandais que nous ne devons pas faire cela. TEU secoue la tête voulant dire « C’est pas moi » et me montre du doigt voulant dire « J’ai rien fait, c’est lui » !...

Je rie aux éclats de sa bonne blague : Le fripon m’a bien eu…. Peut-être un peu mongolien, mais malin !

 

Ensuite je rends visite à quelques malades en salle de soins palliatifs et je suis très ému par la toute dernière arrivée : une petite fille de trois ans et sept mois, née avec le HIV.
Elle est belle comme un cœur et ouvre de grands yeux, qui, hélas, ne voient pas, se tient assise mais ne marche pas, elle ne parle pas non plus car elle a un problème d’audition. Son prénom est Féé. Quelqu’un va s’occuper d’elle en permanence et j’assiste à l’installation de son petit lit – tout neuf – qui remplacera provisoirement un lit d’adulte médicalisé.

Je passe un peu de temps avec les uns, les autres, pousse un fauteuil roulant, aide une aveugle à se déplacer, une autre à  mettre un vêtement dont elle ne trouve pas le sens….. Ceci est bien peu de chose face à cette grande misère physique !


Vers 12 heures, je prends le déjeuner avec les responsables de la mission et 17 enfants sur 38 (dont TEU). Ce sont les enfants les plus jeunes ou les plus malades qui ne peuvent intégrer l’école locale, car les malades les moins atteints sont scolarisés avec les enfants du village.

 

Après déjeuner, Jak voudrait boire un café (comme avant !)… comme avant, comme avant, c’est comment ça ?... je pense comme lorsque nous l’avons conduit, donc un café acheté dans une station service, servi comme un coca-cola avec glace, café, lait et sucre, un couvercle et une paille pour boire. Je demande donc où je peux trouver une station service et l’on me dit qu’il y en a une sur la route de Rayong à environ 1 kilomètre. Je suis un peu sceptique car en Thaïlande la notion de distance est tout à fait relative. Mais courageux ou inconscient, je décide d’y aller.


Sous un soleil de plomb, me voici en direction de cette station, je marche, je marche et au bout de 20 à 25 minutes environ je vois un panneau ESSO. Me voilà sauvé mais, pour sur, j’ai fait plus d’un kilomètre !

 

J’achète ce café non sans difficulté pour me faire comprendre car dans cet endroit, on ne connaît que le Thaïlandais. Mais j’y arrive et paye  23 Bath, c’est à dire environ un demi Euro….
Et je reprends la route en sens inverse, avec la paille dans une main et le récipient de café dans l’autre. Imaginez la scène du farang (Touriste, prononcez - falang) marchant en plein soleil, le long de la route dans la campagne avec son café. J’ai croisé quelques Thaïlandais qui me regardaient avec curiosité.

Bref, au bout d’une heure environ allé et retour, j’arrive à la mission et suis content de pouvoir remettre cette boisson à Jak qui me remercie…. Mais, je le connais bien maintenant et je comprends que ce n’est pas ce qu’il voulait. Il le boit tout de même, et j’insiste lourdement pour comprendre. Enfin, quelqu’un va chercher une boite pour me montrer quel café il souhaitait. En fait il voulait du café en poudre pour se préparer lui même sa boisson.

Bon je note pour la prochaine visite, un gros paquet de Nescafé Red Cup, du sucre et du lait vitaminé. Au moins j’aurai fait un peu d’exercice aujourd’hui me dis je !

 

Samedi 23 décembre, je vais dans un super marché pour acheter un cadeau pour la petite fille de 3 ans. Je choisis un chien en peluche de 35 cm environ, en pensant que ses petites mains seraient intriguées par les pattes et les oreilles de cet animal, et la douceur de la peluche! Je vais lui apporter lundi 25 décembre car c’est ce jour là que je passerai avec eux.

Cette journée se terminera par une messe à laquelle j’assisterai avant de reprendre le bus pour Pattaya.

 

Il me faut avouer que ce sera la première messe à laquelle j’assisterai – en dehors de quelques mariages ou enterrements – depuis 44 ans.

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog