Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Décembre 2006 - Ce matin, je prépare mes achats et prends un taxi moto en direction du super marché le plus près de l’arrêt de bus pour Rayong, où je vais faire quelques emplettes complémentaires pour les malades de la Mission. CAMILLIAN.

 

Dans un premier temps, mon intention était d’acheter quelques jouets pour les enfants que je connais, mais craignant  quelques jalousies entre eux, je me suis rabattu sur des friandises pour tous, et quelques gâteaux pour le personnel et les malades de la salle de soins palliatifs.

 

A l’arrêt de bus, deux européens attendent le bus. Ils ont le look « routard » : longs cheveux tressés, anneaux dans les oreilles, piercings, bracelets de cuir etc.  L’un des deux vient vers moi et me demande en anglais comment se rendre à Rayong. A ma réponse, également  en anglais, il me dit : tu es français ? …. Inutile de nier, je suis démasqué !!!!! Je leur donne à nouveau les explications en Français… c’est bien plus simple.

 

L’autobus est bondé, et chaque nouvel arrêt reçoit sa quantité de nouveaux voyageurs qui s’installent dans le couloir central… Bonjour le bazar entre ceux qui veulent descendre et ceux qui sont en surnombre, et ceux qui monte encore !  Le métro aux heures de pointes n’a rien à nous envier !

 

Evidemment, le trajet est beaucoup plus long puisque chaque arrêt est interminable. Ma foi, me dis-je, in petto, tu veux voyager en transport en commun, il faut assumer !

 

J’arrive enfin à la mission qui présente un air de fête avec ses diverses décorations et sa grande crèche. Quelques rares familles ont fait le voyage pour visiter leur malade.

 

Les « parrains ou marraines  » de quelques enfants sont présents. Ce sont des personnes qui versent chaque mois une somme d’argent à la mission. En retour, ils sont informés sur la santé et la vie scolaire du filleul(e). Mais tous n’ont pas cette chance. Heureusement la mission est une « grande famille ».

 

Les enfants sont vêtus de leurs beaux habits, assez nombreux tout de blanc, quelques autres, costumés comme les santons de la crèche… rois mages, bergers… etc.  C’est fort émouvant.  Mais nous n’en sommes pas encore à la messe !

 

En regardant qui visite qui, je constate qu’aucun des malades, entre 20/25 et 40 ans, n’a une visite. Abandon des familles, peur de la maladie, manque d’argent, de temps, de personne pour s’occuper d’un grand malade ?.... Mes visites ne sont donc, peut-être pas, inutiles.

 

Après avoir remis à Jak ses provisions, au personnel mes achats, je vais vers la petite fille arrivée vendredi dernier. Elle se trouve dans les bras d’un religieux.
Je lui caresse le visage avec la peluche (petit chien) qu’elle attrape vigoureusement et serre fort contre elle. Mais assez vite elle en a assez, et avant qu’elle ne jette le cadeau, je le dépose  dans son lit où elle le trouvera plus tard.

Retour vers les malades avec qui je reprends mes habitudes. Sourires, gestes affectueux, prévenances, aides…. (Ce sont à peu près les seules choses que je puisse faire)

 

Jak n’est toujours pas levé et semble assez fatigué, toujours cette toux !  Un peu plus tard, il souhaite une glace. Ce n’est pas si compliqué que le café, on peut acheter cela à la mission et c’est un prix dérisoire. Bien sur, en lui portant la glace, je traverse la cour centrale et d’autres malades regardent mon achat avec envie.

Bon, allez, je fais le tour :

-  Qui  veut une glace ?...

 

A chacun, j’offre  sa demande… puis me dirige vers un garçon (âgé d’environ 20/25 ans) à qui, la maladie a fait perdre l’usage de la parole. Ses mains et ses jambes sont sévèrement atrophiés. Il rie cependant presque tout le temps à gorge déployé. Je lui enlève le papier enveloppant son cornet de glace et l’aide à commencer à manger celle ci. Il réussit à prendre très maladroitement le cornet et, pensant qu’il continue, je m’occupe de Jak en poussant son fauteuil roulant vers un coin ensoleillé.


Quelle bêtise car, lorsque je reviens, la glace est étalée sur la bouche, le nez, le menton et la chemise. Une femme de service, répare les dégâts, et me dit  dans un mélange de thaïlandais et d’anglais :

-   ice cream  maimi     orange  mi

 

Ce qui veut dire: pas de glace mais une orange oui
Message reçu cinq sur cinq.

Le garçon, lui,  continue de rire, de rire encore, ce qui déclenche chez nous tous une crise de … rire !! Un moment plus tard, il me tend les bras, j’approche, il prend maladroitement ma main et l’embrasse.
Ce n’est pas du bonheur cela ?

 

Il est 17 heures, l’heure de la messe.


La chapelle est bien trop petite pour recevoir tout le monde. A l’extérieur, sont installés des chaises et des bancs. La messe commence par un chant interprété par les enfants, et, si ce n’est pas très juste, le cœur y est, nous nous en contenterons.

Le Père Giovanni, créateur de cette mission  intervient le premier en Italien puis c’est au tour d’un Frère Thaïlandais, ensuite en Anglais. Je « singe » ce que font les autres car j’ai tout oublié… encore des chants, de la musique ….. Ce Noël est tout à fait particulier, je le vis avec une grande émotion!

 

Un moment, mon regard croise celui de TEU, tout en blanc, et il fait de grands gestes à mon endroit. Vous savez, TEU, le petit malin qui m’a fait faire une bêtise vendredi…  Il est assez dissipé, baille parfois et alors que la bouche est grande ouverte depuis quelques instants, semble se souvenir qu’il doit cacher son bâillement avec la main, ce qu’il fait brutalement.

 

Le voilà ensuite qui gesticule, se retourne, parle avec ses copains. C’est que la cérémonie dure plus d’une heure et demie, c’est bien long pour ce petit monde.

 

Les adolescents autonomes, de 15 ans à  20 ans environ, vivent dans une autre structure, et sont présents ce soir. Je les regarde les uns après les autres, rien ne les distingue des autres ados de leur âge, peut-être un peu plus maigres, parfois une toux, mais c’est tout ! 

L'émotion m'envahit en regardant tous ces enfants et adolescents infectés par le virus du SIDA.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog