Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Décembre 2006 - Soudain, un grand coup de klaxon, voici le bus, avec autorité l’ordre est donné de monter à bord. A l’intérieur du car, un –très – gros monsieur demande mon ticket et me dit de m’asseoir au deuxième siège.

Celui d’à côté est occupé par une femme, totalement avachie, les pieds et un coude débordant sur ma place. Je me glisse sur mon siège. Le coude ne veut pas bouger, je m’en accommode d’autant plus que,  il me semble comprendre que la dame doit être avinée.
Les kilomètres défilent. Une télévision située au dessus du chauffeur présente un enregistrement d’un divertissement  télévisé, le son est au maximum, les rires fusent parmi les passagers, moi, je ne comprends rien, mais certaines situations burlesques me font sourire.
Ce bus de nuit présente un avantage : il n’est pas omnibus !

 

Au bout d’un long moment, je sens que ma compagne de voyage me dévisage. Elle me dit, en anglais et d’une voix grave et rocailleuse qui ne laisse aucun doute sur son taux d’alcoolémie :

-   Excuse moi, Monsieur es tu farang (touriste) ?

-   Oui

-   Excuse-moi, Non

-   Mais oui, bien sur je suis farang

-   Excuse-moi, pourquoi alors tu es blanc ?


Celle là, on ne me l’avait jamais faîte !...

-   Je suis blanc parce que je suis farang

-   Non, les farang ils sont marrons, ils vont à la mer.


Oui, je comprends mieux, normalement les farang sont bronzés.

-   Qu’est ce que tu fais en Thaïlande ?

-   Je suis en vacances !

-   Excuse-moi, mais t’es pas farang.


Elle commence à m’enquiquiner la donzelle imbibée, alors je ne réponds rien. Elle continue cependant :

-   Excuse moi, est ce que tu parles Thaï ?

-   Non

-   Excuse moi, Pourquoi ?

-   Parce que c’est très difficile !

-   Excuse-moi, Non c’est très facile.

-   Ben c’est difficile pour moi

-   Excuse moi, Alors t’est pas farang

 

Et à ce moment là, approchant de Pattaya, je vois l’enseigne du super marché où je vais pouvoir prendre un taxi moto pour l’hôtel.

J’attrape mon sac, bondis et demande l’arrêt au chauffeur.
Je disparais, je « m’évapore » à une vitesse incroyable Elle me parle peut-être encore au moment où j’écris ces lignes ….

J’ai encore dans les oreilles sa voix éraillée par trop de cigarettes et d’alcool…

Me voici à destination, il est presque 9 heures.

 

Au fait suis-je farang ?

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog