Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Camillian

Samedi 20 janvier 2007, une vendeuse vient proposer des plats à la mission. Elle arrive à pied avec deux énormes paniers tenu par un balancier sur son épaule.  Les thaïlandais sont souvent friands de ces petits plats, souvent très bons, vendus dans les rues.

Rire aux éclats au milieu de la misère physique

...

Certains malades possèdent un peu d’argent et font des achats. D’autres regardent car ils n’ont pas les moyens de s’offrir cette petite dépense. Constatant cela, je propose d’offrir à tous cet en-cas. Bonheur et joie dans les yeux et chacun prend sa portion. Bonheur et joie également pour la vendeuse qui, en quelques minutes « liquide » pratiquement la totalité de ses stocks.

 

Quelques instants plus tard, l’une des malades interpellent la vendeuse, en thaïlandais bien entendu, et je ne comprends que le mot « farang, farang et Mitchel »… c’est donc moi. Je ne suis pas très loin de notre vendeuse, quand la malade me prend par le bras, me fait avancer vers cette dernière. Elle met nos bras dessus dessous, et continue son baratin. Tout le monde commence à rire et lorsque je comprends qu’elle explique que je ferai un « bon mari », je souris, amusé. Notre vendeuse sourit également et je découvre une bouche édentée où ne restent que deux dents !

Elle est pourtant jeune et ne doit pas avoir beaucoup plus de 35 ans environ !

 

Je joue néanmoins le jeu, et fait semblant de quitter tout le monde au bras de ma future/nouvelle épouse, en mimant que je vais faire … « tac..tac »…. si vous voyez ce que je veux dire, en me dirigeant vers les lits de soins palliatifs.

 

Les éclats de rire de tous les malades et les soignants devant le spectacle que nous offrons me réjouissent, puis je reviens sur mes pas, et toujours en mime, explique que je ne veux pas cette femme mais plutôt une autre. Je fais durer le plaisir en semblant hésiter entre toutes les malades pour finalement fixer mon choix sur une femme beaucoup plus âgée (au moins 45 ans), sur un fauteuil roulant.

 

L’hilarité était à son comble !

 

Et moi, avec ces bêtises, je n’étais pas peu fier d’avoir offert quelques instants de bonheur !

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog