Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Jak

Depuis mon arrivée, le 15 mai 2007, je me suis rendu trois fois à Camillian Social Center de Rayong. Les malades et les soignants étaient heureux de me revoir après trois mois d’absence et, se souvenaient tous de mon prénom. Cela fait « chaud au cœur » de les retrouver presque tous car, certains, hélas, ont quitté ce monde !

JAK, quant à lui, se trouve toujours en salle commune de soins palliatifs. Il est très amaigri et n’a pas quitté le lit dans lequel il était lors de mon dernier retour en France. Il est totalement incapable de se tenir debout. Je ne détaillerais pas aujourd’hui les stigmates de la maladie et notamment du syndrome de Kaposi. C’est très difficile pour lui et très pénible à voir. Il ne cesse d’ailleurs de se cacher sous une grande serviette de bain, mais je pense néanmoins qu’il n’a toujours pas compris – ou ne veut pas comprendre – la gravité de sa situation.

 
J’ai du réduire mes visites en les ramenant à une tous les 5 ou 6 jours car il ne cesse de demander de le conduire à Bangkok, ce qui est parfaitement impossible, les hôpitaux d’Etat ne peuvent plus rien faire. Encore jeudi dernier, j’ai du lui rappeler pourquoi et comment nous étions arrivé dans ce centre (mais sans indiquer qu’il s’agit pour beaucoup d'entre d’un centre de fin de vie, comment pourrais je faire pour lui dire une chose pareille alors qu’il n’a pas encore  31 ans ?)…..

 
Je me sens bien « seul » face à cette circonstance, et je dois avouer que cela me perturbe un peu. Aussi, pour ne pas (trop) culpabiliser, j’ai donc pris la décision d’être présent mais un peu moins afin d’avoir suffisamment de force pour chaque visite.

 

Comment répondre à un jeune homme qui vous dit, après avoir écouté les difficultés insurmontables pour le transporter à Bangkok :

-        Alors je vais peut-être mourir ?

 

Comment lui dire : bien sur que non alors que presque chaque semaine il voit un malade quittait ce monde ?


Il est tout autant impossible de dire : OUI c’est cela qui t’attend !

En temps normal, j’ai pourtant un « certain bagout » mais il ne me sert pas à grand chose, ici  … en Anglais avec un Thaïlandais !


Les enfants que j’ai croisés m’ont reconnu, mais ils avaient oublié – et c’est normal – mon prénom. Certains m’ont sauté au cou et fait de gros bisous.


CSC 18 PF1 blog 
Quelle émotion et quelle joie !
Leur dernière distraction a été la visite de militaires Américains qui ont organisé des jeux pour tous les enfants. Tout le monde était enchanté.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog