Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Les Gens

Sous un ciel gris souffle un vent très fort, conséquence d’un typhon qui perturbe le Vietnam en provoquant d’importantes inondations.

 

Peu de touristes (farang) sur la plage. Malgré cela, les vendeurs sont bien là et deviennent parfois un peu envahissants, chiffre d’affaires oblige, car pour manger, il faut de l’argent et la plupart d’entre eux vivent au jour le jour avec la marge réalisée dans la journée.

 

Un garçon d’environ 14/15 ans vend des nappes et des dessus de lit. Son stock est suspendu à son épaule dans un grand sac plastique qui semble bien lourd pour sa silhouette. Il déplie maintes et maintes fois une pièce devant le farang en demandant, avec un immense sourire:

-        You want ? – tu veux ? .

 

Les réponses négatives se succèdent, le sourire reste, il n’est pas trop insistant et continue son chemin.

Plusieurs fois, dans la matinée et le début de l’après midi, il est passé et repassé avec la même nappe. Si je le revois un autre jour, je vais essayer de lui faire comprendre de changer le modèle qu’il propose de temps en temps. Ce serait mieux de voir d’autres motifs…. et de croire que celle présentée a été vendue. L’argent n’attire t-il pas l’argent ?

 

Bref !  Malgré ses affaires peu florissantes, le sourire est toujours présent, en remerciant chacun malgré les refus. Vers 16 heures, la journée se termine mais notre petit vendeur marche encore et encore.

 

Arrive alors, le long de la mer, un groupe d’écoliers à peu près du même âge que notre vendeur ambulant.

Les écoliers se remarquent de loin. Ils sont six, quatre garçons et deux filles, habillés de short bleu, chemise et chaussettes blanches pour les garçons et de jupe bleu, chemisier et chaussettes blanches pour les filles. Tous sont équipés de chaussures noires. Ils rient, s’apostrophent, chantent et avancent gaiement.

Presque en  face de moi, leur groupe croise le vendeur qui s’est arrêté.

 

Je regarde le groupe !

Je regarde le petit vendeur !

 

Son sourire a disparu, son regard est devenu triste et sombre. Un moment, il se retourne après le passage des écoliers, les suit longtemps du regard, et, je crois voir (chose très rare en Asie) ses yeux brillants, une larme peut-être, en tous cas, une bien grande tristesse !

 

Bien sur, je n’ai pas de mal à comprendre. Voici deux genres de vie totalement opposée et deux sociétés qui se sont croisées. En effet, l’école secondaire, ici en Thaïlande, est payante. Et même si ce n’est pas excessivement cher, il faut à la famille un minimum de revenu pour y maintenir les enfants.

 

Ce regard m’a fortement ému et s’est gravé dans ma mémoire !


Ce texte a été écrit le 4 Octobre 2007, mais il est toujours d'actualité.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog