Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Les Gens

Ce matin, vers 10 heures 30, j’arrive à pied – comme tous les jours – à la plage. Pour rejoindre l’endroit où je m’installe depuis près de 20 ans, il faut marcher plusieurs centaines de mètres sur un trajet interdit aux véhicules à moteur de 10 heures à 17 heures.

 

Un poste de police se situe à gauche, à l’entrée de cette zone, et je ne comprends pas pourquoi je suis doublé par un farang (touriste) sur une grosse moto. Bizarre, pensais je, il va avoir un problème ce motard !

Effectivement, quelques instants plus tard, je suis doublé par une moto de police qui klaxonne violemment pour faire stopper le contrevenant. Celui-ci s’arrête enfin, après avoir roulé encore un moment, et ne semble pas bien comprendre. Il n’avait même pas remarqué qu’il était seul à rouler !

 

Le policier, demande au touriste d’ôter son casque, d’arrêter  son moteur et de descendre de sa moto. Il faut plusieurs gesticulations pour que ce dernier comprenne et s’exécute. Avec énervement,le touriste  jette son casque sur sa moto et se la "joue méprisant". Le regard du policier n’est pas bon signe, et je me dis que le farang va avoir de gros ennuis. Un thaïlandais s’approche et propose de servir de traducteur. Il réexplique en anglais qu’il est interdit de rouler sur ce circuit. Le farang répond qu’il veut aller au bout de la plage et que cela ne dérange personne. Alors là, pour une gaffe, c’est une gaffe !

 

Le policier sort son téléphone et quelques minutes suffisent pour qu’une voiture de police arrive. C’est un pick-up. Trois policiers en descendent. Ils ouvrent aussitôt le hayon arrière. Tout le monde se met à parler et – enfin – sur invitation pressante du traducteur, (en gros ferme ta gueule sinon cela va te coûter bonbon) le farang baisse d'abord le ton, puis finit par fermer le son !.  
Il lui est alors expliqué que la moto est immobilisée, qu’il doit aller payer, en taxi, une amende au Commissariat central de Pattaya, revenir ensuite à la plage et qu’il ne pourra reprendre sa moto qu’après reçu du paiement du PV.

 

Le farang, du haut de son mètre 80 ou 90 et de ses 120 kilos environ, fort bravache voici quelques instants, se dégonfle (façon de parler) et semble revenu à la réalité. On discute encore un moment, et devant le poids de la moto, et de la hauteur du hayon de Pick-up, il est décidé que le farang conduirait lui-même sa moto jusqu’au poste de police.

 

La voiture de police ouvre la route avec les trois policiers, le farang suit juste derrière avec son casque sur le bras, et la première moto de police ferme le cortège. Quelques mètres sont parcourus lorsque retentit un coup de sifflet. Le dernier policier fait arrêter le farang car il n’a pas mis son casque sur sa tête. La voiture s’arrête, les policiers ressortent et le farang reçoit une nouvelle amende de 400 Baths pour n’avoir pas le casque sur la tête.  Je crois qu’il a compris que « force était à la loi » car il ne conteste plus rien !

 

Voilà une promenade en bord de mer qui va quelque peu plomber les dépenses du farang, sans compter qu’il en a pour un moment au Commissariat de Pattaya. Il risque d’y passer une grande partie de la journée.

 

Enfin, lentement, le convoi se remet en route. Il est maintenant 11 heures 30. Je vais m’installer sur ma chaise longue.

Ce texte a été écrit le 8 janvier 2008. 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog