Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Les Gens

Il faut savoir qu’en Thaïlande, se marier, c’est aussi épouser (d’une certaine façon) toute la famille. Oui, j’ai bien dit, toute la famille !

A l’hôtel, un Farang retraité, a récemment convolé avec une femme un peu plus jeune. Sans garanti, au compteur, je dirai qu’elle a environ, 40 ans. Ce monsieur ne pensait certainement pas – ce faisant – se trouver, d’un seul coup (et il n’y a là aucun vilain jeu de mots !) patriarche et en charge d’une tribu. Ma foi, tant pis pour lui !
 

Imaginez : Une dame de quarante ans – précédemment mariée, quelques enfants et petits enfants, une maman et/ou un papa vieillissant(s). Rarement fille unique, il ne faut pas oublier les frères, les sœurs, et leurs enfants. Cela nous conduit à une belle famille n’est ce pas ?  Tout ce monde souhaite partager le bonheur et éventuellement les profits de cette belle et heureuse rencontre !

 

Hier donc, c’était la fête. Notre Farang invitait sa nouvelle belle famille (une grosse quinzaine de personnes) dans son petit pied à terre au Jomtien Longstay. Pour loger tous les invités, il fallut  réserver une chambre supplémentaire -405- qui, par commodité se trouva être celle juste en face de la sienne, 414, de l’autre côté du couloir.

Les enfants, nombreux, hurlèrent de joie en découvrant qu’un bonheur ne venant jamais seul, ils pouvaient disposer de la piscine au même étage. A peine arrivés, ils courent, se jettent à l’eau, ressortent, se poussent les uns et les autres dans la piscine avec forces cris stridents, puis chahutent et se ruent dans le couloir. Le carrelage inondé, devient glissant. Les mômes se bousculent contre les murs et parfois les portes (dont la mienne : 418).

Les adultes s’installent en rond, à même le sol, dans les deux chambres, répartissent les nombreux sacs plastiques remplis de victuailles, généreusement offertes par le Farang. Les bouteilles de Whisky sont ouvertes, le coca-cola et les bières sont dans un petit container réfrigérant. Le repas peut commencer et va durer tard dans la soirée. Les enfants viennent chercher quelques brochettes, ou cuisses de poulet, grignotent et repartent au galop, laissant parfois tomber quelques morceaux de viande à terre. Il y avait, hier soir, intérêt à regarder où l’on mettait les pieds….

Evidemment, la joie fait parler et rire. Tout cela donne soif, très soif, les bouteilles vides s’accumulent dans le couloir. Le ton des voix est inversement proportionnel à la descente d’alcool. Est-ce que l’on entendrait moins bien lorsque l’on a bu un coup ?... Avez-vous déjà remarqué que plus on boit, plus on parle fort ?

Non seulement, ils parlent entre eux, de plus en plus fort, mais ils ont laissé les portes ouvertes et s’interpellent de chaque coté du couloir. Depuis ma chambre, je suis obligé de monter le son de la télévision. Me transformer en « Tatie Danielle » pour aller leur dire quelques mots n’aurait rien changé. Je prends mon mal en patience !

La famille « hurle » son bonheur alcoolisé, les enfants s’éclatent entre les chambres et la piscine, jusqu’à ce que l’un deux glisse et percute l’une des portes fermées pour se rendre à la piscine. Des pleurs, des cris, mais ce n’était qu’un peu de frayeur et une belle bosse !

Le jogging dans le corridor durera jusqu’à ce que la porte extérieure soit fermée par l’hôtel, vers 21 h 30. Les libations des parents dureront jusque vers 23 heures. Je suppose qu’ensuite, ils ont étalé nattes et matelas sur le sol des chambres pour dormir, heureux de cette journée à la ville.  Ce matin, il ne reste plus que le couple.             
Merci Farang !

13 octobre 2008

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog