Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Camillian

En arrivant à Camillian Social Center, près de Rayong le mercredi 11 février, quelle n’est pas ma surprise de n’apercevoir personne à l’extérieur.

Pas d’enfants non plus, et en avançant, je constate que toutes les salles sont vides. Dans les premières chambres contenant 4 lits, personne !  Dans la grande salle commune avec une vingtaine de lit, une seule malade alitée ! Les portes de la salle de soins palliatifs sont fermées. Je n’ai jamais vu cela au cours de mes précédentes visites. Dans cette dernière salle, en général tous les lits sont occupés. Aujourd’hui, seuls, deux malades sont couchés, dont un jeune homme bien mal en point, pris en charge par un aide soignant.

Tout ceci est étrange et ne ressemble pas à ce que je connais de Camillian ! A ma question posée au seul aide soignant présent, je ne comprends rien à sa réponse, vraisemblablement pas plus qu’il n’a compris ma question.

Alors que je quitte ces deux malades, j’ai la réponse à ma question.


Le Père Giovanni vient de sortir de la chapelle, précédé par deux enfants de chœur et d’un missionnaire Camiliens. Ils sont vêtus d’une soutane blanche et au moment d’entrer visiter les malades alités, le Père s’approche de moi. Nous nous saluons et il me dit qu’aujourd’hui (11 février) est la journée mondiale des malades.

Peut-être, comme moi, vous ne savez pas...

(explication en cliquant ici).

Une messe est organisée où sont présents tous les malades pouvant se déplacer, ou être déplacés avec des fauteuils roulants. L’après-midi un concert et des divertissements sont proposés à tous.

Peu après, tous les pensionnaires du centre et les aides soignants rejoignent le préau pour le lunch. Certains m’aperçoivent et viennent à ma rencontre, ce qui veut dire parfois : Michel, tu peux me donner quelques sous ?... Ils ont de multiples méthodes, même en ne parlant que le thaïlandais, pour me faire comprendre leur souhait.

Très vite, avec Jojo, responsable de la cafétéria et Coco, nous préparons le panier contenant environ 70 canettes de boissons diverses.

Il ne reste plus qu'à effectuer la distribution ….Pendant celle ci, d’aucun me feront malicieusement remarquer que je ne suis pas revenu depuis plus de trois mois. En effet, ils comptent bien. Ma dernière visite était le 31 octobre 2008.

Je constate d’ailleurs que certains malades ne sont plus là. De nouveaux venus les ont remplacés. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de jeunes gens et jeunes filles parmi ceux que je ne connais pas.

Au fond de moi, j’ai des remords pour les avoir « abandonnés » aussi longtemps, mais je me reprends très vite en me convaincant que je n’avais pas beaucoup de solutions afin de prendre un peu de recul et envisager de nouvelles méthodes de visites, plus proches de mes capacités physiques, mentales et financières.

Car ces visites sont souvent épuisantes, usant parfois le mental, notamment lorsque les accompagnements sont très (trop) durs (dans ces cas, je suis bien seul face à cela) et sont devenues au fil du temps assez onéreuses.

Mais je pense avoir quelques solutions pour les futures visites.

A Langeac où j’ai vécu 10 ans, en Auvergne, le dicton,  en vieux français, n’est-il pas :

« Qui veult Peult ! » = Qui veut peut !

Pendant la remise d’une boisson à chacun – parfois deux pour les resquilleurs : aujourd’hui, je fais comme si je ne voyais rien -  je suis aidé par deux jeunes étudiants Japonais, effectuant un stage de deux semaines à Camillian.
Assez régulièrement, le Centre reçoit des stagiaires Japonais, étudiants pour devenir Médecins ou Infirmiers.

Depuis le mois de novembre, de nouveaux travaux sont en cours :

Une estrade en construction sera destinée à la danse et à  la gymnastique  afin de permettre aux malades de se divertir tout en faisant travailler leurs muscles qui, malheureusement, s’atrophient souvent rapidement.

Un bassin décoratif est en cours de finition.
Je suis épaté par le travail de l’ouvrier avec ses instruments rustiques. Nul doute que ce petit bassin accueillera des poissons. Les thaïlandais adorent les poissons !  Comme la plupart des asiatiques !


Un dernier tour auprès des malades, un arrêt un peu plus prolongé avec mes préférés à qui je glisse, le plus discrètement possible, un billet ...

ADD, toujours souriant, malgré tous les handicaps qu'il subit est une leçon de courage.




Et nous reprenons la route pour Pattaya.

 

 

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog