Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Aujourd'hui

La circulation n’aura jamais été aussi fluide entre l'appartement et Roissy Charles de Gaulle que ce matin du 2 septembre 2009. Je ne risque pas de rater l’avion pour ce départ.

Malgré l’avance, et le temps d’attente, cela ne me parait jamais vraiment long dans les aéroports. Plaisir de partir ?... Observation des voyageurs avec curiosité, divertissement, amusement et / ou énervement parfois. Cette fois ci, rien que du normal, peu de voyageurs.

 

En présentant mon passeport à la douane avant de quitter le territoire français, le douanier, avec humour et malice, me dit :

-   L’êtes-vous toujours ?

D’abord, un peu surpris, ne comprenant pas très bien, je marque une légère hésitation, me reprend très vite et réponds :

-   Oui bien sur.

Notre douanier voulait me dire, après avoir visualisé mon nom : Etes-vous toujours de bonne foi ?….. Ma réponse était évidemment oui.  Il sourit et me souhaite « bon voyage ».  Sympa et rigolo. Le voyage se présente bien !

 

Le contrôle des bagages à main est rigoureux. Cela ne me dérange pas, c’est la règle.

 

Ce vol n’est pas totalement plein, un peu plus de la moitié des places occupées pour le 747 de la Thaï Airways TG 931 sans escale Paris Bangkok. Rien que du normal avant le départ, pendant le voyage…. Pour une fois, rien à raconter, même pas quelques  "Bidochons" dans l’avion.  Nous quittons Paris légèrement en retard sur l’horaire que nous rattraperons en vol pour arriver à Bangkok / Suvarnabhumi Airport vers 5 heures du matin (il est alors minuit à Paris). Notre vol a duré environ 10 heures. Il fait encore nuit mais le jour ne va pas tarder à se lever.

 

Dans l’aéroport, une longue marche pour atteindre l’immigration. Je renonce aux tapis roulant afin de permettre à mes jambes de se dégourdir un peu. Certains personnels d’entretien et de sécurité, en les croisant, m’adressent un large sourire accompagné du « Savasdee krap » pour les hommes et « Savasdee Kâ » pour les dames. (Ce qui veut dire bonjour). Je réponds de même avec bonheur, me voici en Asie !

 

Avant l’immigration, j’aperçois au loin un groupe de Thaïlandais avec une grosse caméra sur un immense trépied. Télévision, accueil de personnalités, VIP ?...... Non, car le groupe porte un masque sur le bas du visage, et la caméra a pour objet de détecter les passagers fiévreux. Personnellement, je passe sans problème ! Ouf ! Merci.

 

Les personnels de douane portent pratiquement tous un masque sur le visage. Ici aussi, cette grippe inquiète donc. En tout cas, comme je ne comprends pas le Thaïlandais, je n’entendrai plus grippe, grippe, grippe que j’ai prise en ….. « Grippe » au point de ne plus regarder les journaux télévisés avant mon départ !

 

Passage de la douane sans problème, le préposé, avec un grand sourire, me souhaite bon séjour à Jomtien (on doit indiquer sur le document d’entrée dans le pays notre lieu de destination). Ma valise tourne déjà sur le tapis roulant de livraison des bagages à mon arrivée.

 

Éternelle cohue à la porte de sortie. Je cherche des yeux mon Taxi (commandé par SMS). Je ne le vois pas, mais mon nom est inscrit sur une grande feuille blanche tenue à bout de bras par quelqu’un que je ne connais pas. Nous nous présentons, nous rendons vers le parking: en route pour Jomtien.

 

A peine quitté l’aéroport, la sonnerie du téléphone de mon chauffeur retentit….. Elle n’aura de cesse de sonner et sonner encore durant pratiquement tout le trajet. A chaque fin de conversation, j’aurai droit à - Sorry Sir -  Sorry Sir. Je lui dis que si la Police le voit téléphoner en conduisant, il va payer une amende (400 bath, environ 9 €uros). Cela ne lui fait pas grand effet.

 

Après avoir parcouru quelques dizaines de kilomètres, le chauffeur me dit qu’il doit s’arrêter pour prendre de l’essence.

-   Oui, pas de problème  (C’est mieux d’avoir de l’essence dans la voiture d’ailleurs !)

A la station, le conducteur, penaud, se tourne vers moi et me dit :

-    Est-ce que tu peux me payer la course tout de suite ?

-    Oui, c’est combien maintenant ?

-    Combien tu payes avec Youn ?

 

Je lui remets donc le montant payé les fois précédentes.

En fait, cela arrive assez souvent de payer en cours de route, afin de pouvoir remplir une partie du réservoir. Ils n’ont pas souvent d’argent d’avance.


 

Cette anecdote me remonte plusieurs années en arrière (en 1991 pour être précis). A Saïgon, au Vietnam, je pose la question suivante à un cyclopousse :

-   Comment déjeunes-tu le matin ?

-  Si j’ai de l’argent, je mange une soupe, si je n’en ai pas, j’attends d’avoir un client et je mange une soupe après la course.

Je vous laisse le soin de faire votre propre commentaire !....

 


Entre deux coups de fil et « Sorry – Sorry », nous roulons à vive allure. La réception d’un appel ne me gène pas trop, mais la recherche du correspondant dans le répertoire du téléphone me causent quelques frayeurs.
Le chauffeur s’en moque, il a l’espoir d’autres vies….. Moi, je ne suis sur de rien, alors je le surveille pour lui signaler un éventuel obstacle … !

 

Il est 7 heures 30 (1 h 30 du matin à Paris) lorsque nous arrivons à destination.  Voici environ 12 heures que nous décollions de Paris Charles de Gaulle. Nous avons parcouru plus de 9.000 km.  Malgré de nombreux vols en 30 ans sur ces lignes d’Asie, ma stupéfaction reste identique par la rapidité de ces déplacements.

 

Le temps est instable. Il fait très chaud et humide puisque nous sommes encore en saison des pluies (mousson) jusqu’à la mi-octobre.

 

A peine arrivé, je branche l’ordinateur, range mes bagages et me fait porter un petit déjeuner. 

 

J’espère pouvoir observer attentivement autour de moi, lire, écrire, rêver un peu, délirer beaucoup pour pouvoir vous faire partager des moments de vie, via ce blog sur lequel vous lisez ces lignes en ce moment.

 

A très bientôt !

 

 

 

Commenter cet article

eglantine 10/09/2009 09:47

  le changement de lieu te rends prolifère c'est super, tes écrits me manquaient

Articles récents

Hébergé par Overblog