Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Photos de France

L'abbaye du Thoronet est une abbaye cistercienne située sur la commune du Thoronet, dans le Var. Elle se cache parmi les chênes dans un site sauvage et isolé qui s'accorde bien avec la règle rigide de l'ordre de Cîteaux. Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques

Elle doit probablement beaucoup à l’abbé Foulques, mort en 1231. D’abord troubadour, il est ensuite abbé du Thoronet avant d’être évêque de Toulouse. C'était un proche de saint Louis, protecteur de l’Ordre.

L'architecte Fernand Pouillon a imaginé, dans son roman Les Pierres sauvages, un récit de la construction de l'abbaye au XIIe siècle, sous la forme du journal du premier père prieur de l'abbaye.

Après que Le Corbusier a visité l’abbaye en 1953, Pouillon fait vivre, en 1964, la vision de son personnage, « le maître d'œuvre de l'abbaye ».

De la fondation au déclin de l'abbaye

La première communauté de moines, venu de l’Abbaye de Mazan, en Ardèche, s’installe, le 14 avril 1136, sur la commune de Tourtour, à Notre-Dame de Florielle, à une journée de marche au nord-ouest de l’actuel site du Thoronet. Cette première implantation a lieu grâce au don d’une partie des terres de la famille Castellane. Malgré d’autres dons importants en terrain, la nouvelle communauté installée à Notre-Dame de Florielle ne trouve pas les conditions idéales à son développement et décide alors de se déplacer sur une des terres qu’elle possédait déjà et qui lui avait été léguée par le catalan Raymond Bérenger, comte de Provence.

En 1160, l’abbaye du Thoronet est fondée, pour une communauté de vingt moines seulement, sans compter les frères laïc. Le Thoronet constitue la première présence cistercienne dans cette région.

L'abbaye ne tarde pas à connaître la prospérité, à la suite des nombreuses donations qui affluent, notamment de la part des seigneurs de Castellane. Jusqu'au milieu du XIIIe siècle, les donations permettent à l'abbaye d'organiser son économie autour de l'agriculture et de l'élevage. Au XIVe siècle, le Thoronet, comme bien d'autres abbayes cisterciennes, connaît peu à peu le déclin.

Les révoltes internes puis, plus tard, les guerres de religion entraînent la défection des moines de l'abbaye qui, en 1787, est rattachée à l'évêché de Digne-les-Bains. Pendant un siècle environ une vingtaine de moines y vécurent mais, à la Révolution, il ne restait plus que sept religieux dans un état voisin de la misère, puisque l'un deux écrit que « la maison est plus propre à servir d'écurie qu'à y loger. »

En 1791, la vente du monument comme bien national est annoncée. Vendue pour 132 700 francs, puis à nouveau délaissée, elle est rachetée par l'État en 1854. Grâce à l'intervention de Mérimée, elle échappe à la ruine. Depuis, les travaux de consolidation et de restauration se sont succédé.

L’abbaye du Thoronet a connu beaucoup de restaurations à partir du XIXe siècle, mais qui semblent être assez fidèles à la construction originelle.

Sources Wikipédia.

Note : En fin d'article, vous pourrez visualiser un diaporama avec les 53 photos réalisées sur le site de l'Abbaye du Thoronet le 5 avril 2013.

Abbaye-de-Thoronet_--5-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--7-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--9-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--12-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--19-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--21-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--24--copie-1.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--28-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--29-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--36-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--42-.JPG

Abbaye-de-Thoronet_--51-.JPG

  Photos : Michel Bonnefoy - 5 avril 2013

Commenter cet article

Lauters 14/10/2013 21:47


J'ai découvert cette abbaye unjour, par hasard, en été 1958. les lieux étaient sauvages, cette abbaye était déserte et protégée par la nature, la forêt. On ne pouvait y accéder alors que par des
sentiers tortueux. Quelle merveille, quelles émotions, quel mystère. Je fus fasciné par l'acoustique de ce qui devait être la chapelle, le silence chargé d'histoire, et la fraicheur de l'eau de
sa fontaine. Personne, aucun touriste en plein mois d'aout! Je pense que cela a dû bien changer. Je garde en secret ces images dans mon souvenir .

Michel 02/11/2013 14:00



Je comprends cette émotion.


Merci pour votre commentaire... et pardon pour ma réponse tardive.


Bien à vous,


Michel



natacha 13/06/2013 11:12


Bonjour Michel, quel dommage de ne pas vous y avoir croisé : j'y suis allée à l'Ascension avec une amie Bouddhiste. Beaucoup trop de visiteurs ce jour-là pour faire des photos commes les vôtres
... Des gamins courant partout. Visites guidées non stop. Nous avons manqué les chants grégoriens en matinée mais pas la prestation du guide en fin de visite : magnifique chant corse au milieu
d'un public silencieux ... Il est intéressant d'y associer aussi la visite de l'Abbaye de la Celle qui en fait est un grand Prieuré bien restauré, gratuit pendant la poursuite d'autres
restaurations. LE VAR est une région très riche en tout. Il y en a pour tous les goûts.

Michel 25/06/2013 04:57



Bonjour Natacha,


Une rencontre aurait été sympathique. Je vous assure que je n'étais pas dans la foule ce jour de l'Ascension.


Il est vrai que lors de ma visite, il n'y avait pas grand monde. Quelle beauté !


Je prends note pour une visite future : Abbaye de la Celle....


Michel


 



Jean-Marc 04/05/2013 09:13


Bravo cher Michel pour le diaporama et son accompagnement musical particulièrement bien choisi. J'adore les cloîtres: ils me procurent immanquablement un sentiment de quiétude, voire de
plénitude. Je me demande parfois si je ne suis pas passé à côté de ma vocation!

Michel 04/05/2013 20:04



J'aurai pu y être aussi.... mais impossible de parler dans ces endroits !


Très peu pour moi !!!!!!!


- La vie des moines en blog et en détail / Qu'en penses-tu ?



Loqman 01/05/2013 07:35


Un lieu magique.

Michel 04/05/2013 19:45



Que tu connais.... oui magique !



Articles récents

Hébergé par Overblog