Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Çà m'énerve !

Et bien dorénavant, il va falloir prendre du temps pour faire ses courses en France ! Après les lipides, les glucides, les codes conservateurs, les codes colorants, etc… il va falloir choisir entre les mauvais produits qui ruinent la planète et les bons produits qui là sauvent… ou qui là ruinent moins….

Après le Bonus Malus des 4 x 4, qui a parfaitement fonctionné, un peu trop même puisqu’il y a trop de bonus et pas assez de malus, notre CHER gouvernement y va de sa poche (et la poche est vide). Va falloir que cela change et pour ce faire, le malus (pour ces voitures) sera annualisé. Une question toute bête : N’existe-il pas un service des mines qui peut dire oui ou non à la commercialisation des véhicules. Est-ce que ce ne serait pas plus simple de réguler à la source pour sauver la planète ?

Pour la taxe dite « pique-nique » sur les produits jetables, je suppose que le malus des gobelets et assiettes en plastique sera compensé par un bonus sur l’assiette en porcelaine et le verre en cristal. Sinon, c’est bien une taxe classique. Je lis aujourd’hui qu’elle devrait être de 0,99 €, ce n’est pas rien tout de même ! Pour le pique nique, il faudra choisir (si le budget est serré) entre le plastique pour boire un coup ou la baguette de pain….

Pour la liste verte (ci-dessous), il est question de bonus – malus en fonction des produits. Mais, il est indispensable que ces produits soient financièrement équilibrés. Franchement, j’aimerais bien savoir comment ces messieurs qui nous gouvernent et leurs collaborateurs vont pouvoir établir un budget  malus / bonus des différents produits. Et je souhaiterais connaître les différents coûts de fonctionnement de toutes ces mesures !

Les principaux types de produits : (source : Le Figaro)

Electroménager : Réfrigérateurs congélateurs, lave-linge, lave-vaisselle.

Hi Tech : téléviseurs, ordinateurs de bureau et portable, écrans d’ordinateur, téléphones mobiles.

Ameublement : Meubles en bois, lampes, équipements sanitaires.

Produits d’entretien et batteries : peintures et vernis, nettoyant multi usages, liquide vaisselle ou détergents pour lavage à la main, lessives ou détergents pour textile, détergent pour lave-vaisselle, piles ou accumulateurs portables.

Transport : pneumatiques, autobus et autocars, véhicules utilitaires légers, véhicules motorisés à deux ou trois roues.

 

Il est évident qu’il faut agir pour la planète, mais expliquez moi, démontrez moi que la meilleure des choses est de procéder par des taxes ou des bonus malus. Pourquoi ne pas être plus radical ?... C’est « propre » et on peut commercialiser. Ce n’est « pas propre » et on donne un temps (correct) aux industriels pour modifier leur produit, ensuite on refuse la commercialisation.

Cette méthode est simple. Mais quel bonheur d’inventer des procédures, des taxes à percevoir, un bonus à rendre à l’usager, tout un circuit complexe d’un bout à l’autre de la chaine. Dans certains cas, il est si compliqué d'obtenir un remboursement qu'il est perdu, mais ..... pas pour tout le monde…

Rêvons un peu, imaginons que tous les consommateurs adhérent très vite, à ces bonus malus. Alors, lorsque la majorité des acheteurs choisira les bons produits-bonus et une minorité achètera les mauvais-malus, comment sera la balance ?... Mathématiquement, beaucoup de bonus moins peu de malus va faire pencher la balance  coté bonus. Cela va grincer à Bercy, on lira alors, ici et là, que c’est un succès mais qu’il y a trop d’argent à sortir.

Aujourd’hui, le gouvernement veut que le système soit financièrement équilibré ! Il sera alors nécessaire de créer, d’une manière ou d’une autre, une ….. Quoi, …vous ne suivez pas alors !    [  TAXE. ]

Enfin, nous l’avons échappé belle, car les ampoules auraient du être taxées, mais "leur prix de vente trop faible a été un frein à la mise en place d’un système efficace" (c’est comme cela que c’est dit). Vous rendez-vous compte que l’on aurait pu mettre le prix des ampoules ordinaires au tarif des ampoules écologiques ! Regardez les tarifs dans votre supermarché.

En conclusion, je me sens mieux (et mal d’avoir écrit ces lignes) lorsque je lis « Il ne s’agit pas de créer de nouvelles taxes sur les produits de grande consommation, mais de récompenser et d’encourager l’achat de produits moins polluants ».

Nous, Français, sommes convaincus que nous sommes les meilleurs et les plus forts. Alors qu’en définitive, nous ne sommes que des enfants qu’il faut encourager et récompenser. Voici donc comment nous sommes perçus par ceux qui nous gouvernent.  Encore une preuve : Les médailles du baccalauréat, mais elles ont  vécus moins longtemps que ne durent les roses.

Ah ! Oui, encore une chose, soyez prudent avec mon article, je crains bien que s’il parvient entre les mains d’Edvige, une fiche soit ajouté à mon CV.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog