Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Çà m'énerve !

Avec le déficit de la France évalué par l’INSEE (au dernier trimestre 2009) à 1.457 Milliards d’€uros, et nos recettes  2009 d’environ 231 Milliards d’€uros *, ne se pourrait-il pas qu’un jour prochain le réveil soit dur, très dur pour nous !

450px-Dette publique france % du PIB

A cette dette, il conviendrait d’ajouter des sommes colossales au seul titre des retraites non financées (voir Retraite en France),  qui représentent les engagements des administrations publiques, estimées à environ 900 milliards d’€uros.

Chaque année, nous remboursons plus de 60 Milliards d'€uros en intérêts sans pour autant en diminuer le capital. Nos seuls impôts sur les revenus (56 milliards en 2009) ne suffisent pas à honorer cette charge 

Se pourrait-il qu’un jour, nous nous retrouvions dans le cas de la GRECE aujourd’hui, c'est-à-dire en quasi faillite ?   Se pourrait-il que notre système français fasse  psssccchhhittt !  Nous serions alors concernés par les propos d'Angela MERKEL mercredi 17 mars devant les députés allemands :

  « La zone euro a t-elle dit devrait pouvoir exclure un de ses membres, en derniers recours, « lorsqu’il ne remplit pas les conditions, encore et encore »… imposées par le pacte de stabilité ».


La cohésion Européenne aurait-elle du plomb dans l'aile ?  Madame MERKEL deviendrait-elle la nouvelle Dame de Fer de l’Europe ?  [« I want my money back »].

Hier, Bruxelles donne une mauvaise note à la France à propos de son engagement à revenir sous la barre de 3% de déficit d'ici à 2013.

La chronique du 18 mars d’Emmanuel Kessler  explique pourquoi la France n'a pas réussi à convaincre ?

 

Vous rêvez ! Pour résumer, voilà ce que dit la commission à la France. Pour se retrouver dans les clous dans trois ans, la France table d’abord sur une croissance qui repart. Son hypothèse : 2 et demi % à partir de 2011, le double de ce qu’on devrait avoir cette année. Plus d’activité, donc plus de rentrées d’impôts, donc plus d’argent dans les caisses… Seulement voilà. Pour Bruxelles, cette hypothèse est trop optimiste. C’est celle d’une reprise vigoureuse, alors qu’on a une reprise molle. Donc côté recette, la prévision française ne tient pas. Il faut donc regarder l’autre colonne du budget, les dépenses. Et bien là aussi, la commission doute que ce qui est prévu soit à la hauteur du défi. Pour revenir dans les clous, il faut faire 20 milliards d’économies par an. Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partants à la retraite, présenté comme la mesure phare, ne rapporte que 500 millions chaque année. Même avec le gel des crédits des ministères, la réorganisation de l’Etat, la remise en cause de « niches », d’avantages fiscaux, le compte n’y est pas.

Le ministre du Budget, Eric Woerth, a pourtant balayé hier ces critiques d’un revers de main en dénonçant le « pessimisme » de Bruxelles. La France est tout de même embarrassée…

Oui parce que derrière ça, le message c’est que si la France veut redresser ses comptes, elle devra tailler beaucoup plus dans ses dépenses, et sans doute augmenter les impôts. Un scénario à la grecque, lancé dans des mesures d’austérité, ou pas si loin. Et ça, ça veut dire la rigueur. Mot tabou. Et risque social majeur après l’avertissement électoral de dimanche dernier. A quatre jours du second tour, l’urgence, pour le gouvernement, c’est donc de cacher la poussière sous le tapis… On reparlera de tout ça fin avril. Une conférence sur les déficits publics est prévue. Consolation tout de même : La France n’est pas seule. 14 pays sont épinglés par Bruxelles. Y compris l’Allemagne, qui pourtant donne des leçons à tout le monde.

J'ai peut-être mal entendu, ou pas compris, mais je n'ai pas souvenir que les politiques ait évoqué ce problème de déficit. Politique de l'autruche ?  C'était les élections régionales me direz-vous. Oui mais, est-ce que ceci n'a ou n'aura pas une implication sur cela... et sur les porte-monnaies de chacun ?

Nous avons cependant été gâtés en petites phrases outragées ou mesquines de nos politiques  "professionnels". On outrage, on balance, puis on se la joue fine bouche et lèvres pincées !  Au théatre, cela aurait sans doute fait rire, mais dans la vraie vie  ?..... Et la campagne insipide des élections régionales continue.

J'avais écrit, il y bien longtemps, que je ne parlerai plus de politique, mais là j'ai un peu les "coucougnettes" gonflées (oups pardon!). Plus simplement, je suis en colère contre les mensonges ...

Colère !  Oui, mais la faute à qui ? 

Petit bonus > Cliquez sur ces liens :

Les revenus de 1250 élus région par région

Nos élus ne connaissent pas la crise

CONCLUSION :

On ne nous promet pas la lune, mais on ne sait pas

s’il y aura à manger ou à boire pour tous**

____________________________________________________

 

(*) Sources INSEE.

(**) Emprunté et déformé de la chanson des Enfoirés.


Sources :

Dette publique de la France

Impôts utiles Dette publique de la France

Le Post dette publique

France Info Chronique Tout Info Tout Eco

 

_____________________________________________________

 

Commenter cet article

jo 19/03/2010 08:39


                                  
Hello bonjour , un pays qui ne maîtrise plus sa monnaie n' est plus un pays ,avant 1974 nous n' avions pas de dette et nous n'avions donc pas d' intérêts à payer...ce sont ces intérêts payés aux
banques privées qui ont ruiné notre pays .
                                   
Avant 1974 nous avions la maîtrise de notre monnaie
et le grand fossoyeur est VGE.....
                                  
N' oublions pas que les Français ont massivement voté contre cette Europe du capiltal.....mais le traité de Lisbonne s' est retrouvé sur les rails....Un tel mépris du suffrage des Français ne
pouvait que conduire à la situation actuelle où nos politique , élus par une infime minorité ne réprésentent plus rien qu' eux mêmes....et les banques privées .
                                  
La question est : combien de temps tiendront-ils ?

                                  
Salutations
                                        
condor79
                               


Michel 19/03/2010 22:27


C'est une bonne question.  Combien de temps ?
Mais j'ai l'impression qu'ILS ne pensent pas vraiment à demain ou après demain.
Enfin, si .. demain pour eux même.
Enfin, s'ils voulaient le bien du peuple, continueraient-ils à se comporter en enfants gâtés ?
Ces chiffres me donnent le vertige!  Mais je ne suis qu'un grain de poussière....
Merci pour ce commentaire et ces explications.
A bientôt.
Michel


JPSIAM 19/03/2010 07:34



Bonjour Michel, j’adore ton arrangement de ta citation de Coluche! Jean-Pierre


Michel 19/03/2010 22:19


Merci Jean Pierre,
Il faut espérer que mes écrits se révèlent faux !
... et que cette dernière formule ne soit que des mots et non des maux.
Oh il est temps que j'aille me reposer.
Bien à toi,
Michel


Articles récents

Hébergé par Overblog