Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

Legion-d-honneur.jpgSi je vous dis qu’en parlant de hochets je cite la Légion d’honneur, je vais entendre mes oreilles siffler !  Pourtant, je ne fais que répéter une conversation de Napoléon. Bien évidemment, je n’y étais pas, vous vous en doutez, donc je me fie à quelques lectures.

Comme certains y voyaient une atteinte au principe de l’égalité civique, Bonaparte, en conseil d’État justifie cette institution : «Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, et bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes.»

A tout bien penser, ce n’est pas faux, mais sans brocarder une publicité,  avons-nous aujourd'hui les mêmes valeurs ?

Sous Napoléon, avec la vertu, l’honneur, l’héroïsme ou  la bravoure on obtenait la Légion d’honneur.  Aujourd’hui, je vous laisse remplir les cases (1) :

…………………… / …………………… / …………………… / …………………… /

Toutes ces histoires de Légion d’honneur accordée à tel ou tel me lassent.  (Ne suivez pas mon regard !... Vous savez de qui je veux parler car on se couche avec, on se réveille avec et on vit la plus grande partie de la journée avec … ces informations (2)).


Y’en a MARRE !... Même si le contexte est un peu plus particulier que d’habitude, ne croyez-vous pas que chaque gouvernement en place a distribué bien des … hochets !.. pour récompense et non pour services rendus  à la nation !  Ce n'est pas une nouveauté. Ce n'est pas une excuse non plus, j'en conviens...

Cependant cette vindicte médiatique m'effraie. Sommes-nous si bas tombés que nous ne puissions connaître les faits que par la presse et ses scandales ? 

 


Un peu d'histoire : 


La naissance de la Légion d’honneur est la loi du 19 mars 1802 (29 floréal an X) par laquelle Napoléon Bonaparte, premier Consul, crée un ordre qui soit « le signe de la vertu, de l’honneur, de l’héroïsme, une distinction qui serve à la fois la bravoure militaire et au mérite civil ».

La Légion d'honneur est le premier ordre national - La première promotion officielle de légionnaires date du 24 septembre 1803, l'insigne, « la Croix », date de 1804. Une première remise d'insignes par Napoléon, devenu empereur des Français, a lieu à Saint Louis des Invalides le 15 juillet 1804. Une seconde cérémonie a lieu à Boulogne-sur-Mer le 16 août 1804.

Les principes d'origine de 1802 n'ont en rien été modifiés. L'appartenance à l'Ordre est « la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation, soit à titre civil, soit sous les armes, toujours sous le signe de l'honneur et dans la fidélité à la Patrie ».



Certains courent plus vite que leur ombre pour se faire décorer, mais il en est qui la refuse.


Le curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney, reçut la croix de chevalier de la Légion d’honneur en 1855, à son insu : la demande en avait été faite par le sous-préfet de Trévoux et le préfet de l’Ain. Il la refusa au motif que la croix ne rapporterait pas d’argent pour les pauvres...

Jean Victor Marie Moreau se moquait de l’institution de la Légion d’honneur. Quelqu’un lui disait qu’on avait dessein de donner la croix, non seulement à ceux qui se seraient distingués par la gloire des armes, encore à ceux qui se seraient fait remarquer par leur mérite et par leur savoir. Il s’écria : « Eh bien ! Je vais demander la croix de commandeur de l’ordre pour mon cuisinier, car il a un mérite supérieur dans l’art de la cuisine. »

Les collaborateurs du Canard enchaînése sont donné depuis toujours comme règle de refuser les décorations, au premier rang desquelles la Légion d’honneur (Pierre Scize, journaliste, fut renvoyé du journal en 1933 pour l’avoir acceptée bien qu'elle lui fut décernée à titre militaire.)

Le dramaturge Népomucène Lemercier refusant de prêter serment à l’Empereur et à sa dynastie,

La Fayette,

Le poète Jean-François Ducis (qui préférait « porter des haillons que des chaînes)

Mgr Maurice de Broglie,

Gérard de Nerval,

Nadar,

George Sand (qui écrivit au ministre qui lui proposait la croix : « Ne faites pas cela cher ami, je ne veux pas avoir l’air d’une vieille cantinière ! »),

Honoré Daumier (qui déclara : « Je prie le gouvernement de me laisser tranquille ! »),

Émile Littré,

Gustave Courbet,

Guy de Maupassant,

Maurice Ravel (qui refuse immédiatement cette distinction, sans donner de justification),  

Pierre et Marie Curie (Pierre, à qui l’on proposait la croix, rétorqua simplement : « Je n’en vois pas la nécessité »),

Claude Monet,

Georges Bernanos

Eugène Le Roy,

Jean-Paul Sartre,

Simone de Beauvoir,

Albert Camus,

Antoine Pinay

Brigitte Bardot (qui est décorée en 1985 mais refuse d’aller la chercher),

Catherine Deneuve,

Claudia Cardinale.

Hector Berlioz, auquel l’État désargenté voulait payer une messe de Requiem avec le ruban rouge au lieu de verser les 3 000 francs promis, s’écria : « Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent ! ».

Des poètes anarchistes comme

Jacques Prévert,

Georges Brassens qui en fit une chanson.

Léo Ferré, qui a brocardé « ce ruban malheureux et rouge comme la honte ».

Geneviève de Fontenay, la présidente du Comité Miss France qu’un sénateur de Savoie voulait proposer, l’a aussi refusée pour des raisons inverses : « C’est vraiment désacraliser le ruban que de le distribuer à n’importe qui… comme des médailles en chocolat. »

L’écrivain Bernard Clavel a fait savoir qu’il refusait de recevoir la Légion d’honneur, préférant rester « dans le clan de ceux qui l’ont refusée ». Il a ajouté que son oncle Charles Clavel l’avait reçue parce qu’il avait abondamment versé son sang pour son pays dans une terrible guerre : « Je pense qu’il se retournerait dans sa tombe en me voyant porter le même ruban que lui. » C’est également le cas de

Philippe Séguin, dont le père est mort sans la recevoir.

En 1949, le ministère de l'Éducation nationale propose la décoration à

Marcel Aymé. La réponse donnée par l'écrivain est restée célèbre. Il termine son article par ces mots : « [...] pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi désirables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu'ils voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens»

Le sculpteur résistant René Iché, décoré comme chevalier pour 1914-1918, refusa la promotion d’officier en 1947 estimant que cette décoration perdait tout sens s’il la recevait en tant qu’artiste ou en tant que résistant pionnier de 1940.

Certaines personnes choisissent d’accepter la décoration mais refusent de la porter, par exemple

Jean d'Ormesson, de l’Académie française qui déclarait : « Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise ».

Erik Satie écrit à propos du refus de la décoration par Maurice Ravel : « Ravel refuse la Légion d'honneur, mais toute sa musique l'accepte. » 

Lorsque Aragon la refuse, Jacques Prévert, feignant la sévérité, lui dit : « C’est très bien de la refuser, mais encore faudrait-il ne pas l’avoir méritée. »

Edmond Maire la refusa en déclarant : « Ce n’est pas à l’État de décider ce qui est honorable ou pas. »

Michèle Audin, mathématicienne, fille du mathématicien Maurice Audin (1932-1957), refuse le grade de chevalier de la Légion d'honneur au motif de l'absence de réponse du président Sarkozy à la lettre ouverte envoyée par sa mère demandant que soit éclairci le mystère de la disparition de son mari en Algérie et que la France assume sa responsabilité

Le 5 janvier 2009, les journalistes politiques Françoise Fressoz (Le Monde) et Marie-Eve Malouines (France Info) ont annoncé refuser la décoration : « Rien, dans mon parcours professionnel, ne justifie pareille distinction. Je pense en outre que, pour exercer librement sa fonction, un journaliste politique doit rester à l’écart des honneurs. Pour ces raisons, je me vois dans l’obligation de refuser cette distinction.

Jean Guillou, organiste, l'a refusée en juillet 2010, ne considérant la Légion d'honneur que comme un « accessoire honorifique».

 


 (1) Bien entendu, je sais qu'il existe des personnes recevant la Légion d'honneur qui la méritent cent fois. Vous avez compris que je suis "fâché" contre ces remises de hochets à ceux qui ne correspondent en rien aux vertus souhaitées par Napoléon : les mérites éminents   militaires ou civils  rendus à la nation, puisque telle est encore à ce jour, la définition pour l'obtention de cette décoration.


(2) Affaire PdM / W.

 

 Tout savoir sur la légion d'honneur

 

 

Citations politiques de Napoléon Bonaparte


Napoléon.org

 


Sources :

wikipedia.org

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Gerard et LEUAGN 06/09/2010 11:24



Bonjour Michel,


en tant qu'ancien militaire (dans une autre vie) je ne peux que constater tout comme toi la dérive dans les promotions tant de l'Ordre de la Légion d'Honneur que de celui de l'Ordre National du
Mérite.


Il est vrai que dans ces deux Ordres Nationaux (le troisième étant celui de la Médaille Militaire qui est comme son nom l'indique est purement militaire et réservé aux sous-officiers voire dans
des cas très rares à certains officiers) il y a des promotions individuelles soit à titre militaire soit à titre civil.


La Légion d'Honneur peut même être décernée individuellement à des étrangers (contingents particuliers).


Elle peut aussi être décernée à titre collectif (régiments, villes, écoles de formation françaises ou étrangères,.....).


C'est vrai que dans les deux principales catégories à savoir militaires et civiles le côté exceptionnel qu'avait voulu Napoléon pour récompenser de hauts faits s'est estompé au fil du temps.


Ainsi un officier a automatiquement l'ONM voire la LH après un certain nombre d'années de paquetage même si sa carrière s'est limitée à un emploi de bureau tout comme un sous-officier reçoit la
Médaille Militaire.


Plus on est gradé et plus on a de décorations.


Quand je vois le Chef de l'Etat remettre la LH à titre posthume à des militaires français "Morts au Champ d'Honneur" la LH ne peut pas avoir la même valeur qu'avec celui qui militaire la reçoit
car il a tant d'années de services ou le civil à qui on la remet de par sa fonction, ses relations politiques ou son aura auprès des médias (chanteurs, comédiens, sportifs.....).


Tout comme toi et comme Jean-Pierre cela me fait bondir.


C'est vrai que maintenant on a tendance à la remettre pour un rien. Tu parles des Ministres mais il y a encore quelques années un député qui venait d'être élu la recevait automatiquement dans son
paquetage de bienvenue à l'Assemblée Nationale.


Un autre point est que ces denières années dès que l'on trouvait encore un "poilu" on lui décernait........Pourquoi on ne l'a pas fait avant?


Maintenant c'est plus dur car il n'y en a plus ou presque.


Bientôt on va faire de même avec les derniers combattants de la 2° guerre mondiale, puis avec ceux d'Indochine, d'Algérie....même si ils y sont restés six mois pour ne pas en dire d'avantage.


Ainsi va la France.


Napoléon doit souvent faire des bonds dans son tombeau aux Invalides!!!


Désolé d'avoir été si long.


Cordialement


Gérard


"Les véritables héros ne cherchent pas forcément à être connus et récompensés. Ils se font discrets et refusent les honneurs civils ou militaires. Les cimetières en sont pleins mais
d'eux on n'en parlent jamais".



Michel 06/09/2010 22:46



Merci beaucoup Gérard pour ce témoignage. Tu as vécu cela au plus près. Il est bien regrettable que l'on ait vulgarisé ces promotions. Qu'est ce que cela veut dire ces paquets distribués
comme des cadeaux aux enfants sages à Noël, à Pâques et au 14 juillet. Peut-être y a t-il d'autres moments. Une décoration ne se remet pas à date fixes ! Elle devrait se donner pour des cas
particuliers et non pas au rythme des saisons.


Je partage complètement ta dernière citation : "Les véritables héros ne cherchent pas ......."


Cordialement à Leuagn et à toi,


Michel


 



"St Nicolas" 06/09/2010 07:36



Je ne vais pas cracher dans la soupe !
En ce qui me concerne, j’aimerais bien d’avoir pour une bonne raison :
Vous n’avez pas idée de l’effet que produit une médaille de la Légion d’Honneur comme décoration au sommet d’un sapin de noël.
De plus il y a une rente de 6,40 €  annuelle qui lui est attachée. Dans vingt ans au train ou vont les choses ça doublera au minimum nos
retraites….



Michel 06/09/2010 22:24



Faudra plus utiliser un caddie pour les courses !


Vu ce matin au supermaché local : Un vieux monsieur est devant moi, à la caisse, il dépose peu de provisions sur le tapis roulant, la caissière bipe les produits. Le monsieur
donne un billet de 20 euros, il ne fait pas attention aux prix, lorsque la caissière lui rend la monnaie et son ticket, il dit oh non pas le ticket, vous pouvez le jeter, mais en regardant sa
monnaie, il se ravise et demande son justificatif, s'éloigne un peu et contrôle marchandises avec le ticket. Il me regarde, je souris légèrement, il secoue la tête et marmonne : oh ben ça alors,
c'est-y pas possible, j'ai rien acheté et j'ai cassé mon billet !.... Il s'en va d'un pas lent, les épaules courbées.....


Alors avec 6.40 €uros (même doublés) ça va faire mal !!!   Très mal !


Merci pour ton commentaire "St Nicolas".....



"jp" 06/09/2010 07:21



Voici mes propositions de "valeurs" que je soumets pour être distingué et faire partie de
 la prochaine promotion :


Médiatisation, Compromission, Servage, Flagornerie


J’ai gagné ?



Michel 06/09/2010 22:15



C'est bon j'écris à ... un ministre pour te faire remettre avec les pompes adéquates (je veux dire le décorum) cette chose qui fera de toi un.. autre homme !


 


 



JPSIAM 06/09/2010 02:46


Je partage entièrement le fondement général de ton article. Maintenant on donne cette distinction < aux putes, aux maquereaux, aux truands, aux amis des amis>. Cette distinction n’a plus
aucun sens et surtout selon ma conception : si l’on sert son pays de quelque façon que ce soit ce n’est pas pour en attendre une récompense. Il existe encore de part ce monde des amateurs de bas
étages qui feraient tout pour obtenir ce précieux sésame à leurs yeux. Jean-Pierre


Michel 06/09/2010 07:15



Cette distinction a totalement perdu sa raison d'être. Elle ne sert - hélas - que de faire valoir dans une trop grande majorité de cas. Cette distribution générale ne permait pas d'apprècier à
leur juste valeur ceux qui la méritent pour des faits exemplaires.


Avoir été Ministre donne automatiquement la Légion d'honneur ! 


Je partage bien ta façon de voir : Bien servir son pays ne mérite pas une récompense.


C'est là que le terme employé par Napoléon Bonaparte prend tout son sens : Hochet.


Bonne journée Jean Pierre


Michel



Articles récents

Hébergé par Overblog