Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Paris. Musées

Après avoir été une forteresse, le Louvre est devenu un lieu de résidence pour le roi et sa famille. Les souverains ne l’ont parfois habité que peu de temps, préférant la vallée de la Loire ou Versailles. Aujourd’hui, les meubles et objets de décor ont depuis longtemps disparu, mais les murs et les plafonds demeurent et nous laisse rêveur et imaginatif...

DSC09215.JPG 

  Salle Saint-Louis.

Lorsque Philippe Auguste décida de construire le Louvre vers 1190, le bâtiment n’était pas conçu comme un lieu de résidence royal. Cette salle plongée dans la pénombre est le seul vestige médiéval encore conservé au Louvre.


01 Salle Saint Louis (5)

 

01 Salle Saint Louis (6)

 

01 Salle Saint Louis (3)Trois époques s’enchevêtrent ici : Les murs datent de Philippe Auguste (1180-1223) ; les voûtes, aujourd’hui détruites, et leurs supports de Saint Louis (1226-1270) – d’où le nom donné à cette salle ; quant aux puissantes arcades qui occupent un tiers de la superficie, elles remontent au XVIème siècle

 

Salle des Caryatides.

A partir de 1547, le Louvre médiéval disparaît, remplacé peu à peu par un palais moderne. La salle des Caryatides en est le cœur. En juin 1610, une effigie en cire d’Henri IV y fut exposée. Ainsi les parisiens purent se recueillir devant la « dépouille » du bon roi assassiné par Ravaillac. Le 24 octobre 1658, dans cette même pièce, Molière joua pour la première fois devant Louis XIV.

02-Salle-des-Caryatides-copie-1.JPG

 

02-Salle-des-Caryatides--2--copie-1.JPG

02-Salle-des-Caryatides--10--copie-1.JPG La tribune des musiciens est soutenue par quatre figures féminines, les caryatides, ces femmes colonne à l’antique que l’on trouve utilisées ici pour la première fois en France.

02 Salle des Caryatides (11)

02 Salle des Caryatides (9)Henri II a donné à cette salle des fêtes un cadre solennel et novateur.

Au fond de la salle, une zone séparée par des colonnes et dominée par une imposante cheminée était le « tribunal » où le roi rendait justice

02 Salle des Caryatides (16)

Escalier Henri-II

L’escalier Henri-II était le grand escalier du palais de la Renaissance. Chaque jour une foule de courtisans l’empruntait pour monter chez le roi.  Imaginez ce que ces pierres ont entendu ; des voix amies ou ennemies ; des complots… Cet escalier est, pour l’époque, d’une grande modernité. Droit et non plus circulaire comme au Moyen Age.  Au plafond, un grand H, monogramme du roi, voisine avec les symboles de Diane, déesse de la chasse (tête de cerfs et autres animaux) indiquant l’une des distractions favorites du roi.

 

03 Escalier Henri-II (4)

 

03 Escalier Henri-II (3)

 

03-Escalier-Henri-II--2--copie-1.JPG

 

03 Escalier Henri-II

Les escaliers médiévaux sont des espaces fonctionnels, le nouvel escalier du Louvre est devenu un lieu d’apparat qui unit la salle des fêtes du rez-de-chaussée (Caryatides) aux appartements du souverain, un étage plus haut.

 

Salle Henri-II

Lorsque le roi résidait au Louvre,  l’antichambre servait  à faire patienter les solliciteurs, mais on y donnait également des fêtes. Tous les matins ; de nombreux courtisans attendaient ici la fin de la cérémonie du lever du roi. Avec eux des musiciens, tailleurs, bonnetiers, chaussetiers et médecins se tenaient prêt à répondre aux besoins de sa Majesté. L’aspect actuel de cette salle remonte à Louis XIV, qui décida en 1660 de réunir deux salles d’époque Renaissance – la garde-robe et l’antichambre – en une pièce unique de plus vastes dimensions.

04 Salle Henri-II (2)

Les peintures sont surprenantes car elles ont été réalisées par Georges Braque en 1953

pour remplacer le décor antérieur, abîmé par le temps.

04-Salle-Henri-II-copie-1.JPG

04 Salle Henri-II (3) 

Chambre de parade du roi

La salle n’est en réalité utilisée que pour la cérémonie du lever : le roi dort dans une chambre située juste à côté. Cette pièce accueille souvent le « conseil des affaires » qui réunit les proches du souverain. Au XVIè siècle, Charles IX et Henri III ont souvent écouté dans cette salle les reproches de leur mère, Catherine de Médicis, et les conseils du duc de Guise.

06-Chambre.JPG

 

06-Chambre_.JPG 

Chambre à alcôve

Le roi dormait dans cette alcôve. Autour de son lit, le Roi-Soleil avait fait disposer des vasques d’argent agrémentées de plantations afin de respirer des odeurs plus agréables que celle de la ville toute proche…

06-Chambre-a-alcove--8-.JPG

 

06-Chambre-a-alcove--3--copie-1.JPG

 

06-Chambre-a-alcove-copie-1.JPG

 

06-Chambre-a-alcove--0-.JPG

 

06-Chambre-a-alcove--5-.JPG

Plafond de la chambre du Roi.

 Salle des sept-Cheminées.

Le départ de Louis XIV pour Versailles en 1674 marqua la fin des séjours royaux dans le Vieux Louvre. A  partir de 1699, les académies s’étaient installées dans ces appartements. Créé en 1793, le musée s’agrandit dès 1817. Le 5 juin 1851, le futur Napoléon III inaugurait dans ce lieu une salle consacrée à la peinture française moderne. Autrefois, cet emplacement était occupé par les deux chambres précédentes. L’hauteur étonnante de sa voûte se justifie par le fait que la salle actuelle couvre la totalité des trois étages de l’ancien Pavillon du Roi. Le nom de la salle vient des conduits des cheminées qui servaient autrefois à chauffer ces lieux.

 

07 Salle des sept-Cheminées (5)

 

07-Salle-des-sept-cheminees--5-.JPG

  (Cette salle est en travaux - Novembre 2012).

07-Salle-des-sept-cheminees--2-.JPG

Appartement d’été d’Anne d’Autriche.

En 1655, Louis XIV avait chargé l’architecte Louis Le Vau d’aménager un appartement pour sa mère, Anne d’Autriche. Au XVIIIe siècle, une jeune infante espagnole promise à Louis XV passa ici quelque temps. Le mariage ne se fit pas, mais le jardin situé devant les fenêtres a gardé le nom de l’Infante. Au Louvre, les reines mères logeaient traditionnellement au rez-de-chaussée de l’aile méridionale, face à la Seine. Ce nouvel appartement, placé face à l’Est et ouvert sur les jardins, était idéal en période estivale car moins étouffant. Les salles se présentent en enfilade, comme il est de mise à l’époque. On pénétrait chez la reine mère par un salon suivi d’une antichambre, d’un vestibule, d’un grand cabinet, d’une chambre de parade puis, enfin, d’un petit cabinet. Aujourd’hui, les plafonds seuls subsistent.

08-Appartement-dete-d-Anne-d-Autriche--3-.JPG

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (3)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (6)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (13)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (10)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (11)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (12)

 

08 Appartement d'été d'Anne d'Autriche (15)

Galerie Donatello

Dès 1852, Napoléon III confia à Louis Visconti le soin d’entreprendre les travaux de réunion du Louvre aux Tuileries. Des écuries furent construites pour servir aux besoins de la famille impériale alors installée aux Tuileries. Si les salles étaient décorées de manière relativement sobre, l’aménagement était néanmoins luxueux : les chevaux de l’empereur mangeaient dans des auges en marbre des Alpes, et les râteliers étaient en cuivre doré ! Pour fonctionner normalement, tout palais avait besoin de communs : cuisines, magasins, ateliers… Dans le cas du Vieux Louvre, ils étaient étendus, mais tous ont depuis longtemps disparu.

09-Galerie-Donatello--3-.JPG

 

09-Galerie-Donatello--5-.JPG

 

09-Galerie-Donatello--4-.JPG

 

09-Galerie-Donatello--7-.JPG

 

Quelques liens :

 

Le Louvre de Philippe Auguste

 

 

Histoire du Louvre

 

 

En direct de chez Philippe Auguste  Vidéo

 



Sources texte   Louvre.fr (Auteur texte: Claude Kermel)

Photos : Michel BONNEFOY.2012.


Commenter cet article

Jean-Marc 12/12/2012 18:11


Quelle chance nous avons que notre pays possède un tel patrimoine!

Michel 15/12/2012 16:14


Je confirme et je signe. Merci Jean-Marc.


JPSIAM 10/12/2012 01:24


Merci Michel pour cette visite, mais quand je passe sous les arcades du Louvre , je pense surtout à Molière.

Michel 15/12/2012 16:02



Une superbe visite dans un si bel espace....



DANY 09/12/2012 09:31


Lorsque je vivais à Compiégne , je pense que j'ai du le visiter 30 fois sans jamais me lasser ,fiére d'y emmener des amis de passage, cet article est un pur délices .Maintenat dans le sud
tu me donnes la nostalgie  mais merci  de ce partage bises





 


 

Michel 15/12/2012 16:01



Je comprends. Merci pour le compliment.


Bises -



Articles récents

Hébergé par Overblog