Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Les choses de la vie

Madame Le Figaro / Société / Enquêtes / Votre journée de la femme.
journ e-de-la-femme-P

Aujourd’hui, journée de la femme !

En parcourant une newsletter du Figaro, je suis interpellé par cet article et notamment par la photo de l’homme que, l’on imagine plutôt,  vu sa carrure, dans une salle de sport qu’à quatre pattes dans un article traitant de la journée de la femme. Pourquoi cet homme ici dans cette position me dis-je ?  Et je lis l’article. Peut-être était-ce une astuce pour « interpeller » la lectrice ou le lecteur ! Bravo, c’est donc gagner.

Le texte qui suit n’en est pas moins puissant, présentant des exemples de « mâlerie » (c’est un mot que je viens d’inventer), parfois de pure « goujaterie » (celui là je ne l’ai pas inventé) !

Je ne puis que vous conseiller de lire l’article que j’ai (honteusement copié) et la réponse de François de SINGLY, Sociologue. .

Voilà, c'est ma façon à moi de traiter cette journée de la femme en intégrant ce message que les  hommes peuvent lire évidemment. (surtout eux).
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Paru le 08.03.2010, par Gaëlle Rolin

Honnêtement, nous n’envisagions pas un tel succès. Au vu des centaines de mails qui se sont accumulés dans notre boîte dans les heures qui ont suivi l’envoi de notre newsletter appel à témoins, vous aviez besoin de parler. De vider votre sac de ces situations ou ces phrases lancées par les hommes de votre entourage. Merci beaucoup à toutes (et tous, car il y en a eu quelques-uns) de vous être laissé aller à la confidence. Dans vos courriers, beaucoup d’impétuosité, à la limite du bouillonnement. De la rancœur aussi, et le sentiment d’avoir abdiqué devant la montagne des malentendus qui se dressent entre Vénus et Mars. Le tout saupoudré d’une once de dérision, parce que mieux vaut en rire…

homme-menage
Votre Journée de la femme.

 « Dimanche dernier, je monte dans le bus : je marche jusqu’au fond. Un vieux monsieur me dit : “Vous pouvez vous asseoir ici ou sur mes genoux.” Mon copain me dit : “C’est le genre de réflexion que je n’ai jamais, moi.” »
 Anne-Sophie

« Pourquoi dans les publicités de nettoyants pour W.-C., on montre systématiquement une jeune femme (jamais un homme), le visage à ras de la cuvette (souvent d’une crasse dégoûtante) ? Quel message veut-on faire passer ? Que ce genre de basse besogne est exclusivement réservé aux femmes ? »
Anouk

« Un petit rien… Quand mon chéri saute hors du lit et me fait la tête parce que j’ai osé ne pas avoir envie… »
Nicole

« Si j’ai le malheur d’arriver au boulot pas maquillée et avec un rhume carabiné, la gent masculine me scrute, me détaille et crache : “T’as une sale tête ce matin, t’es pas maquillée ?” C’est valable pour mes collègues féminines. Même malades, on doit avoir une tête présentable. Mais qu’en est-il de ces messieurs ? »
Vanessa

« Votre compagnon qui trie le courrier le soir en rentrant et ne vous laisse à ouvrir que ce qui à ses yeux n’a aucune importance : pubs, invitations aux ventes privées, vœux de fin d’année, cartes postales… en disant : “C’est ton courrier.” »
Anonyme

« Trente-trois ans de bons et loyaux services dans une maison d’édition. Mon titre : directrice et responsable de la fabrication (quarante personnes dans mon service). Mon collègue, de dix ans plus jeune que moi, avait aussi dix ans d’ancienneté en moins. Son titre : responsable technique et de qualité (douze personnes dans son service). Quand cette société s’est mise en liquidation, quelle ne fut pas ma surprise quand il m’a signalé son salaire ! Il gagnait 270 € de plus que moi. »
Danielle

« Le bol sale au-dessus du lave-vaisselle »

« Le bol sale posé juste au-dessus du lave-vaisselle tous les matins. Moi : “Chéri, pourquoi tu ne tends pas un peu le bras pour le mettre plutôt dans le lave-vaisselle ?” Lui : “Non, je le ferai plus tard…” Et plus tard, c’est moi qui, tout au long des années, a tendu le bras. »
Sylvie

« Lors de ma visite chez un concessionnaire, j’ai demandé à ouvrir le capot pour voir le moteur d’une voiture assez puissante, surtout choisie et conduite par des hommes. Première stupéfaction chez le vendeur qui s’est exécuté comme s’il succombait à un caprice saugrenu… Et alors que je lui demandais d’essayer la voiture, il m’a très sérieusement demandé : “Mais c’est votre mari qui conduira ?” »
Sophie

« À la recherche d’un emploi après un congé parental, je suis systématiquement questionnée lors de mes entretiens sur le mode de garde de mes filles : “Avez-vous mis en place un mode de garde sûr ?” ou “Quels sont les modes de garde que vous avez pour vos enfants ?” Mon compagnon, responsable de secteur – une profession qui demande beaucoup de disponibilité – me confirme que cet aspect n’a jamais été abordé lors de ces divers entretiens. »
Véronique


« Lorsqu’on me propose un abonnement à un magazine économique, le cadeau proposé est toujours pour un homme… Ces magazines ne savent pas encore que, nous les femmes sommes aussi capables de boursicoter, d’acheter des immeubles ou des appartements ? »
Janine

"Je t'AI fait l'aspirateur"


« Lorsque mon mari fait quelque chose, il me dit lorsque je rentre le soir : “Je T’AI fait l’aspirateur ou le repassage.” Comme s’il m’avait rendu service et que les tâches ménagères n’incombaient qu’à moi seule ! »
Aline


« Nous sommes deux femmes cadres dirigeantes. Alors que nous étions toutes deux en réunion à une heure tardive, un visiteur de notre directeur commercial est venu nous demander de lui faire des photocopies. Inutile de dire que nous lui avons désigné la photocopieuse d’un signe de la main. »
Danielle


« J’ai décidé d’aller passer un week-end sans mari ni enfants chez une amie qui vit à 500 km de chez moi et que je n’avais pas vue depuis des années. Résultat : scandale familial ! Surtout de la part de mon père et de mon frère, qui ne comprenaient pas que je puisse ainsi laisser ma petite famille. On a même eu le culot de dire que je ne devais pas aimer mes enfants tant que ça ! »
Emmanuelle


« Quand tous les matins, je pars travailler et que les ouvriers me sifflent s’ils voient un malheureux petit bout de jambe… Mais surtout quand, à mon dernier entretien d’embauche, on m’a demandé si je comptais être enceinte dans l’année à venir. »
Sabrina


« Dans ma précédente société, mon directeur m’a fait comprendre que je devrais m’habiller différemment pour mes rendez-vous clients. En effet, la commerciale de la société concurrente rapportait beaucoup plus d’affaires en portant de larges décolletés et des jupes plus courtes… »
Roxane

francois-de-singly-copie-1.jpg




Le sociologue François de Singly s’est penché sur vos courriers pour les décrypter.*
Lire son point de vue >>


Commenter cet article

anonyme 09/03/2010 14:45



C'est très beau et adroitement effectué mais cela rssemble à de la propagande pour le soviètisme et le communisme



Michel 09/03/2010 19:19


Pour cette propagande, je ne suis pas vraiment un expert !
Merci votre lecture.
Michel


JPSIAM 09/03/2010 03:04



Bonjour Michel. Bravo! Tu as fait un vrai décryptage de la situation. JPSIAM



Michel 09/03/2010 05:55


Merci Jean Pierre
Excellente journée !
Michel


Articles récents

Hébergé par Overblog