Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Çà m'énerve !

Embouteillage.jpgCe week-end du 10 juillet était LE week-end de départ en vacances !  Nous avons eu droit par la télévision et les plus importantes radios nationales aux habituels messages d’abrutissement des foules, à savoir : « Reposez-vous toutes les deux heures sur l’autoroute, n’abandonnez pas vos enfants sur le bord de la route, faite boire vos chiens »… ou le contraire !....

(Photo empruntée sur le blog jéconomise.net)

Tout ce monde parti me laissait croire que l’aller-retour ce lundi matin, pour conduire Alain  à Roissy serait un trajet plaisir. Ce fut en partie vrai à l’aller, beaucoup moins de monde qu’habituellement, car ils étaient tous de l’autre côté dans le sens Nord-Sud sur l’A86 - l’A4 puis l’A1 (en termes clairs: l’autoroute de contournement Est de Paris, l’autoroute de l’Est et l’autoroute du Nord). 

 

A la queue leu leu (mais sans musique) les camionneurs, les vacanciers reconnaissables à leur chargement et les "clients lambda", comme moi. C’est bizarre que nos "crânes d’œufs" n’aient pas encore imaginé un péage pour le contournement de Paris. Ils feraient la pige à Total pour un bénéfice fabuleux… Mais ne répétez-pas cette suggestion, elle nous ferait grand tort.

 

J’espérais revenir rapidement à l’appartement, remettre Momo au parking puis repartir en transport en commun à Paris où je devais me rendre pour un déjeuner amical. Craignant un retard conséquent, je pris la décision d’aller directement de Roissy à Paris par la porte de la Chapelle. Le bonheur était sur l’autoroute pendant plusieurs kilomètres, mais c’était un hors d’œuvre masquant un plat particulièrement mauvais. Comment ai-je pu être aussi naïf ?  Le bonheur n’est jamais sur les routes autour de Paris ni dans Paris d’ailleurs !

 

Plus nous approchions de la capitale, plus nous ralentissions, jusqu’à l’arrêt complet. Quelques tours de roues et parfois nous frôlions une vitesse déraisonnable de 15 km/heure avant d'être arrêté un peu plus loin.

 

Les taxis tansportaient des clients endormis ou avachis sur la banquette arrière les yeux rivés sur leur Iphone, les conducteurs désabusés se curaient le nez, s’arrachaient quelques poils, parlaient tout seul ou dans leur téléphone, gesticulaient parfois en invectivant l’automobiliste précédant qui n’avançait pas assez vite pour eux ( !) …

 

Rien de particulièrement excitant lorsque, soudain, une sirène retentit. Bientôt un gyrophare s’approcha en incitant les automobilistes à se pousser tant bien que mal pour laisser la place à cette personne, sans doute importante et…pressée. Aucun motard n’ouvrait la route, ce n’était donc pas un de nos Princes (nombreux) du Gouvernement. Ce n’était qu’une voiture grise banalisée qui se faufila et me dépassa pendant que moi, comme les autres, restions sur place. En voilà au moins un qui n’aurait pas de retard !

 

En remisant ma mauvaise humeur dans un coin de ma mémoire (pour ce texte), je me consacrai à ma conduite à "petit-pas" !  Un grand sourire illumina plusieurs fois mon visage devant les panneaux d’annonce de radar (nous flashant pour notre sécurité) car la recette, ce jour là, serait inversement proportionnelle au nombre de "clients" sur l’autoroute.

 

J’évitai l’entrée directe dans Paris, par la porte de la Chapelle en travaux pour me diriger porte d’Aubervilliers … en travaux également puis continuai les rues suivantes…en travaux. J’aurai pu avoir un peu de répit rue de Flandre si tout le monde se garait convenablement et je retrouvai des travaux Gare de l’Est. La rue du Faubourg Saint Martin était bloquée, je pris donc le boulevard de Magenta aménagé pour perdre son temps. Après la Place de la République, prendre à droite la rue du Temple fut un pari dangereux. Ensuite, bloqué rue de Turbigo entre un autobus et le créneau impossible d'un conducteur, je rongeai mes derniers ongles.  Un peu plus loin, tourner à gauche vers la rue Beaubourg demanda un peu d’audace et Momo dut montrer sa mauvaise humeur envers un conducteur forçant le passage…pour être finalement tous coincés sur une file étroite derrière des camions de livraison !

 

Cinq minutes plus tard, je craquai, traversai l’importante voie de bus et descendis Momo dans le parking Beaubourg où je revins la chercher dans l’après-midi.

 

Et c’est à pied que je me rendis à vive allure à mon rendez-vous à St Germain des Près. Cette marche entre Beaubourg et la rue de Condé / La Colomberie / Christmas à Paris me permit d’évacuer ma haine contre l’aménagement urbain parisien et plus généralement celui de  l’Ile de France.

 

Il est vrai que ceux qui décident ne se déplacent que rarement comme le commun des français !...

 

Commenter cet article

jp 13/07/2011 23:56



OK Florian, tu as raison. Ou avais-je la tête ?
Celui qui a dit : " Gouverner c’est prévoir est un sombre crétin "
Mais au risque de te paraitre toc-toc, j’adore vivre en ville. Bruit, pollution, bazar, désordre, cahot… Je suis heureux comme un poisson dans l’eau là dedans. (Et c’est mon carburant pour aller
faire des photos)
J’y baigne toute l’année et pour mes vacances je me paye une capitale au soleil certes, mais bien chamboulée.
Avec le grand Paris nous allons devenir voisins … et complices de ce désordre organisé.  
JP



Michel 17/07/2011 11:36



Bonjour JP


Bonjour Florian


Merci pour ces partages sur le blog


Michel



TititeParisienne 13/07/2011 18:34



... Et la construction du tramway n'arrange pas les choses ! si tu voyais à la Porte de Pantin, de chez moi à la Mairie avec le 75 : 35 mn alors que c'est à côté ! 


Bonne soirée Michel, bises, Véronique.



Michel 14/07/2011 00:03



J'y suis passé l'autre jour en voiture.... il faut réfléchir avant de s'engager !


Bises Véronique



legrolouloup 13/07/2011 17:27



Tu as raison, mais l'objectif du maire Paris est de virer toutes les voitures hors de Paris...le premier truc étant, comme à Londres, le péage qui ne va pas tarder à arriver.



Michel 14/07/2011 00:02



Toutes les voitures sauf  les carosses pour nos Princes ... cela va de soi !...  Pour le péage, on y viendra surement ...



Florian 13/07/2011 08:19



Hello,


JP, je suis étonné de vous voir écrire "A quand un politique de le ville à long terme ...". Ben oui, c'est pas français, ça ! En français, "politique" et "long terme" ne peuvent jamais se trouver
ensemble dans une même phrase ! c'est un non-sens.


Enfin bon, c'était pour rire !


Mon pauvre Michel ... Quelle horreur de devoir vivre dans tout cet enfer citadin, de mauvaise humeur, râleur en permanence, qui pue et qui n'avance pas ! ( l'enfer citadin, hein, pas toi, bien
sûr ! ) La question que je me pose depuis toujours, quasiment, c'est "pourquoi ?" Comment peut-on se débrouiller pour fabriquer un pareil bordel, et éprouver joie et fierté à y vivre ? J'ai bien
conscience que ceux qui conçoivent ne sont pas ceux qui vivent, mais un moment donné, ils doivent bien se rencontrer, voir les conneries qu'ils font les uns et les autres, non ?


Enfin, il va falloir que je m'y fasse, parce que chez nous, le projet de Grand PARIS est en marche !!! Ben oui, vous êtes pas au courant ?!? Le Havre sera bientôt à " eune chabotèille" de Paris,
grâce à Laurel et Hardy ( Nico et Tonio ... comprenez Sarko et Rufenarcht ). J'aurais au moins une raison valable de déserter le Havre totalement. Euhhh non, complètement, j'ai dis que je ne
parlais pas de total ...


Mais nous vivons déjà un avant goût du bordel organisé avec les travaux du tramway ... entamés partout en même temps ... les rues bouchées ou à sens unique changent tous les jours ... le racket
public continue d'encaisser mes PV de stationnement que les pauvres pervenches continuent de placarder sur mon pare-brise ... moi, je laisse faire, c'est moins cher les PV que le stationnement,
alors ...


Enfin bon ... aller, je m'en vais aller essayer de trouver une place pour me garer ...


Bonne journée !



Michel 14/07/2011 00:00



... Bravo pour ce commentaire ou l'humour cottoie la vérité... Bienvenu au Club Florian !


Ah j'oubliais, puis-je compléter ?...oui, merci :


Si le politique ne voit pas à long terme entre autre pour des travaux urbains importants... Il rêve et met tout en oeuvre pour conserver à très très long terme ses merveilleux
privilèges "privata lex"... votés par lui même !


Il y a bien longtemps, j'appris à l'école que le 4 août 1789 était la date de l'abolition des privilèges. 


Ne devrions-nous pas dire le TRANSFERT des privilèges ?... -  - 


 






jp 13/07/2011 07:12



Ce qui est affligeant, c’est que lorsque tous ces travaux (destinés à améliorer notre quotidien, ne l’oublions pas)  seront terminés, nous seront "de niveau" pour gérer correctement les flux de déplacements actuels
sur ce secteur Mais nous serons à nouveau déplacés rapidement…


A quand une politique de la ville à long terme avec les moyens adéquats ?



Michel 13/07/2011 23:40



Une solution : Les politiques ne font qu'un septennat non renouvelable...  Quoique... c'est pas bon si les suivants effacent tout et recommencent .... On en sortira donc jamais !



JPSIAM 13/07/2011 06:55



cool Michel, reviens vites en Thailande! Jean-Pierre



Michel 13/07/2011 23:35



Cela approche - cela approche .... Je vais retrouver le sourire... bientôt !



Articles récents

Hébergé par Overblog