Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Paris. Musées

Dimanche 16 septembre 2012. Le Louvre : La chasse au lion

Itinéraire jusqu'à la prochaine œuvre :
Dans la salle 15, prenez à gauche du mur central de la salle. La sculpture représentant David est sur la droite.
 

06 Le lion vaincu par David

06-Le-lion-vaincu-par-David--5-.JPG

 

06-Le-lion-vaincu-par-David.JPG

 

06-Le-lion-vaincu-par-David--2-.JPG

 

06-Le-lion-vaincu-par-David--3-.JPG

Photos Michel Bonnefoy 16.09.2012                                                  

Pierre Francqueville

Cambrai 1548 - Paris 1615

David vainqueur de Goliath.

Marbre

Provenant des salles des Antiques du Louvre, noyau des collections royales de la culture.

 


David est représenté jeune, couronné de laurier – symbole de gloire –, car il a tué Goliath.

Il s’appuie sur l’épée du géant, dont la tête gît renversée à ses pieds, et tient dans sa main droite une pierre et dans la gauche la fronde. Le bâton de berger et la peau de lion rappellent ses exploits contre les bêtes sauvages qui voulaient dévorer ses brebis lorsqu’il n’était qu’un gardien de troupeau.

On passe de la tête du géant à celle du lion en suivant le bâton, puis on arrive à celle du futur roi de Jérusalem.

Il y a de nombreux points communs entre la tête du géant et celle du fauve. Les deux ont les yeux mi-clos, la bouche ouverte, et la barbe du géant prend l’allure d’une crinière.

Le jeune berger David, futur roi de Jérusalem, tuait les lions qui s’attaquaient à son troupeau de brebis. Un jour, il rencontra le géant Goliath qui le défia en duel. David accepta le combat en ayant pour seule arme son bâton de berger et sa fronde. Il lança alors une pierre, qui atteignit directement Goliath au front. Le géant s’effondra, et David s’empara de son épée pour lui trancher la tête.

Cette sculpture est elle aussi représentative du maniérisme : le déhanchement de David est très peu naturel, les diagonales et les spirales sont accentuées. Les artistes aimaient représenter des héros nus ; c’était une façon pour le sculpteur d’exalter la force et la beauté du corps humain.

Source Texte Louvre.fr

 



Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog