Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Camillian

Vous souvenez-vous, en novembre 2010,

l'un de mes articles intitulé:

 Une journée de partage  

Ce jour là, Dame Farangset m'accompagnait.

C'est avec plaisir que je vous propose ici son texte

"Le pont de l'espoir" tel est le titre du livre des rêves racontés et illustrés par 20 enfants orphelins vivant avec le virus du SIDA à Camillian Social Center de Rayong en Thaïlande. Un exemplaire de leurs témoignages nous a été offert ainsi que le "Passport HIV/AIDS learning center" par Marco un des responsables du centre.

C'était le mercredi 17 novembre 2010 ! 

Plusieurs mois auparavant je découvre par hasard le blog de Michel.  Quelques mots attirent davantage mon attention : "Camillian Social Center". Un clic me conduit au descriptif de cette fondation créée en 1996 par les religieux camilliens de Thaïlande dont la priorité est d'aider les enfants séropositifs. A la lecture des différents articles rédigés par Michel bénévole depuis plusieurs années dans ce centre, j'y découvre la réalité de la vie quotidienne des malades qu'il décrit au cours de ses visites régulières. Je décide d'en savoir plus.

Un voyage en Asie du sud-est en préparation me pousse à y prévoir une étape et à m'y rendre seule. Mais est-ce possible ?  J'ai le réflexe et j'ose contacter Michel qui tout naturellement se propose de m'y accompagner. Ne dit-on pas que l'exactitude est la politesse des Rois ?  Michel est là, à notre rendez-vous, à la gare routière de Rayong. Avoir un tel guide est un cadeau du ciel !

Nous franchissons le portail et nous voilà devant la guérite d'accueil. Dès l'entrée  je suis agréablement surprise : tout est coquet, fleuri, soigné, des espaces ombragés ici et là, un magnifique kiosque sur pilotis coloré de vert et de rouge bordé d'une eau paisible nous inviterait presque à nous y installer dès nos premiers pas. Certaine que cet endroit charmant, presque enchanteur, est un lieu de vie. J'y ressens une atmosphère paisible, rassurante, de quiétude à peine à quelques mètres d'une rue bruyante. 

batiment--32-.JPG

A quoi m'attendais-je donc ?

Au cours de notre visite, un peu plus tard, nous croiserons malade et bénévole ponçant et repeignant des boiseries écaillées, remettant en état les barres qui servent à la rééducation physique : le virus du sida affaiblit le corps tout comme les effets secondaires du traitement.

Michel me conduit de salle en salle. Certains malades le reconnaissent et leur joie éclate, d'autres ne réagissent pas, sont-ils nouveaux ou trop faibles ? La maladie a vite progressée jusqu'à perdre la vue pour certains. Mais tous aiment qu'on les touche, une tape amicale sur le bras, la main, quelques mots doux même dans une langue qui n'est pas la leur les réconfortent. Leur réaction ne se fait pas attendre. Ils donnent leurs sourires, parfois leurs rires jusqu'à d'affectueuses embrassades. Ils ne parlent pas tous et leurs regards en disent longs : "ne m'oubliez pas ", "aidez-moi à supporter cette maladie", "merci d'être venu".  Ils ne demandent qu'un peu de réconfort, qu'on ne les rejette pas.

Je prends des photos : l'un d'entre eux à qui je montre le cliché détourne la tête, il préfère garder précieusement l'image qu'il a de lui à son arrivée ; tandis que le second dans son fauteuil roulant est tout joyeux : il rit, il semble heureux.  J'aurais aimé me souvenir de leurs prénoms, tout se bouscule dans ma tête, que d'interrogations seulement après quelques heures de notre visite.

Dans la coursive des enfants en bas-âge se blottissent contre leurs mamans. Ici ils ne seront pas séparés et vivent ensemble dans le centre. A cet instant je me dis qu'ils n'auraient jamais dû se trouver là. Nous passons devant la lingerie puis rentrons dans l'unité de soins palliatifs. Que dire de cet homme recroquevillé sur son lit probablement en phase terminale de la maladie. Jamais je n'aurais imaginé de tels stigmates sur le corps humain, il y a ce qui se voit mais que se passe-t-il dans l'esprit de ces hommes et femmes ??!! et tous ces enfants ...  qui n'ont commis aucune faute ??!!   Je reste muette.

Près de la cafétéria une jeune femme nettoie avec application les vitres du réfectoire où nous serons invités plus tard à déjeuner. C'est cela aussi l'accueil et la générosité des Camilliens et habitants du centre. Nous faisons une pause devant un bon café noir. Michel poursuit ses explications quant au fonctionnement de l'établissement. A chacune de ses visites, il constate un nouvel agrandissement, une nouvelle construction rendue indispensable en fonction des besoins des malades. Ici ça bouge, tout est évolutif car avant tout il faut accueillir, encadrer, protéger, soigner, accompagner chaque personne jusqu'à leurs derniers moments de vie et aussi guérir qu'ils soient des enfants, mamans, ados, adultes.

Un groupe d'élèves d'une école de la ville s'installe dans un préau. Ils écoutent les explications données par un intervenant. Un plan d'actions de prévention du SIDA a été mis en place dans la province de Rayong. L'équipe du centre a pour but de développer cette prévention qui ne peut passer que par l'éducation auprès des jeunes. Ces derniers rendront visite aux malades tout comme nous.01.SIDA_Logo.jpg

Ce jour-là nous voyons très peu d'enfants du centre. Selon leur état de santé ils peuvent aller à l'école à l'extérieur, les autres reçoivent leur instruction scolaire sur place. La réinsertion des malades passent aussi par une activité. C'est pourquoi un jardin a été créé en 2003 "le jardin d'Eden" à 40 km de Rayong. Il est plus particulièrement destiné aux malades sans abri dont l'état de santé permet d'y avoir une occupation. Ils y cultivent une parcelle de terre pour se nourrir, subviennent ainsi à leurs propres besoins et tendent vers une certaine autonomie. 

Un conseil d'administration local les aide à développer leurs projets. Cette activité de jardinage utile valorise le malade et peut lui servir de tremplin pour travailler à l'extérieur.

CSC jardin web

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vient le moment très attendu de la distribution de boissons fraîches offertes gracieusement par Michel qui connait les goûts de chacun.  Il y en a un plein panier et une double ration pour les malins. Les personnels ne sont pas oubliés.

Je remercie Michel du fond du coeur de m'avoir menée jusqu'à Camillian Social Center qui est en perpétuelle évolution et aide les malades à vivre leur maladie dans la dignité en leur apportant les soins médicaux auxquels ils ont droit.

Ce n'était vraiment pas une journée comme les autres.

Dame Farangset.


Pour d'autres informations et / ou pour aider CAMILLIAN  

cliquer sur le lien ci-dessous:

 

Les amis de l'Orphelinat de Pattaya et de Rayong

 

BP. 70197 – 06407  Cannes cedex  -  France

Téléphone 04.92.98.16.96.


Commenter cet article

Jean-Marc 14/06/2011 22:19



Mon cher Michel,


Décidément, tu forces l'admiration! Non seulement tu réjouis de tes visites les résidents de Camillian, mais tu leur permets de recevoir, avec tout le plaisir que l'on sait, une visite
supplémentaire en la personne de Dame Farangset. Et tu as procuré à cette dame la satisfaction de faire connaissance de ces gens qu'elle souhaitait rencontrer.


Bravo, mon ami, chapeau bas!


Bien sincèrement.



Michel 17/06/2011 04:03



- Merci Jean-Marc



TititeParisienne 11/06/2011 13:29



Bonjour Michel ; C'est vraiment merveilleux ! le courage de ces enfants, de ceux qui s'en occupent, et avec presque rien ! ce centre devrait s'appeler " L'Espoir " ... Merci d'avoir mis
l'adresse, je vais leur faire un p'tit don. Bonne journée Michel, bises, Véronique.



Michel 13/06/2011 08:55



Merci pour eux Véronique. Chaque p'tit don est un plus non négligeable.


Bises. Michel



Eglantine 11/06/2011 08:47



je me souviens très bien...et tu avais tu le nom de la Dame par discrétion


je vais relire cette article doucement pour mieux m'en imprégner


bonne journée à toi mon ami



Michel 13/06/2011 08:54



Ces souvenirs d'une journée spéciale meritent en effet une lecture particulière. Moi qui connait parfaitement, j'étais très emu lors de la réception du texte de Dame Farangset....


Bonne journée Eglantine


Bises



jp 11/06/2011 07:32



Merci à dame Farangset pour ce texte emprunt de retenue et de simplicité
Merci à toi de l'avoir guidée



Michel 13/06/2011 08:52



J'étais très heureux de partager un moment de visite à Camillian.


Michel



Articles récents

Hébergé par Overblog