Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Aujourd'hui

Il est 19 heures (14 heures en France), ma valise est posée à côté de mon fauteuil dans le hall de l’hôtel. J’attends un taxi pour  me conduire à  l’aéroport de Suvarnabhumi Bangkok. Les minutes défilent lentement et mon inquiétude grandit  car le taxi n’arrive pas. Premier appel à Yoon, le chauffeur, vers 19 h 15 : - Ah Mitchel oui oui,  j’arrive, je suis à Jomtien.  Dix minutes plus tard, deuxième appel, je suis là dans cinq minutes me dit-il.  19 h 30, il arrive enfin, s’approche la tête courbée, les mains jointes devant le visage Sorry - Sorry  Mitchel.

Explication de son retard : Un farang qu’il conduisait faire des courses l’a retardé. Il lui répétait qu’un autre client attendait pour l’aéroport, mais il n’allait pas plus vite pour autant.

- Pourquoi, tu ne m’as pas appelé pour me prévenir, je m’inquiétais moi.

>  Toujours la même réponse : Sorry Sorry Mitchel.

Enfin, ce n’est pas trop grave car je prends toujours une grande marge de sécurité pour mes départs en avion. Malgré mon envie de ne pas trop lui en vouloir, j’ai tout de même quelques difficultés à cacher mon agacement.

Une heure plus tard environ, nous arrivons au premier péage sur l’autoroute. Yoon paie la taxe. Au moment de repartir, la voiture cale, des lumières clignotent sur le tableau de bord, quelques « bip – bip » retentissent…Impossible de démarrer la voiture. Une petite boule d’angoisse monte dans ma gorge, il ne manquait plus que cela !...

La caissière du péage appelle à l’aide. Un employé s’installe derrière le véhicule et nous pousse. Un grand coup de poing sur la voiture nous prévient qu’un camion ne nous a pas vus et démarre à vive allure d’un autre passage de paiement.  C’est mieux de le laisser passer. L’employé déploie une belle énergie, la voiture crachote et repart. OUF !... Sauvés ?...

L’orage nous surprend rapidement. Nous roulons environ depuis dix minutes lorsque le chauffeur me signale qu’il a un problème : la batterie ne fonctionne plus, elle ne recharge pas. La preuve est fournie par les essuies glaces qui peinent à évacuer la pluie. Ils fonctionnent de moins en moins vite. Soudain la climatisation cesse de fonctionner, les lumières de la voiture s’éteignent. Nous continuons à rouler.

Je suggère à Yoon de mettre ses feux de détresse car cette partie d’autoroute est dans le noir le plus total.  Un peu plus tard, le véhicule ralentit de plus en plus et termine son trajet sur la bande d’arrêt d’urgence à trois ou quatre kilomètres d’un espace repos où se trouvent de nombreux commerces. Puis les feux de détresse cessent également de fonctionner.

Nous voila bien, j’imagine rapidement les conséquences de cette situation.

Le chauffeur me dit qu’il a fait nettoyer la voiture l’après-midi et qu’ils ont lavé le moteur au jet d’eau. Il est persuadé que c’est la raison de cette panne. Pragmatique, il me dit : j’ai perdu 200 bath avec le lavage !... Je pense, mais ne dit rien : Et sans doute un peu plus avec le dépannage.

C’est bien de penser dépannage, mais comment fait-on ici ?  A ma connaissance, il n’existe pas de service adéquat sur l’autoroute. Yoon descend installer sur la chaussée, à une dizaine de mètres à l’arrière de notre position, une petite lampe torche diffusant une lumière rouge tournante. Il me dit au retour, reste dans la voiture Mitchel.

Non, merci. Je préfère descendre au risque de devoir me jeter dans le fossé boueux si un véhicule vient s’écraser sur le taxi. Yoon téléphone, explique, toujours avec de grands sourires, pendant que je fais les cent pas sur la bande d’arrêt d’urgence.

Soudain, au loin, sans feu également, une voiture roule lentement vers nous. Précipitamment, je prends à terre la lampe torche pour l’agiter de droite à gauche au dessus de ma tête. Nous sommes vus et évités. La même scène se reproduit avec un camion. J’ai l’air « fin » moi, au bord de l’autoroute en Asie, la nuit, gesticulant avec cette lampe. Aucun conducteur, et ils sont nombreux à circuler, ne s’arrêtent pour apporter de l’aide, ce que je comprends néanmoins car on n’est jamais trop prudent !...

Après un moment qui m’a paru une éternité (je refuse de regarder ma montre) Yoon vient vers moi.

-       Mitchel, à quelle heure est ton avion ?...

-       23 heures (Je triche d’une heure). En fait le décollage est à minuit cinq.

-      J’ai téléphoné, quelqu’un va venir te chercher depuis l’aéroport. Je pense que tu auras ton avion.

Il retourne vers la voiture qui – oh miracle ! – démarre soudain.

Je cours et m’installe. Nous roulons lentement toujours sans lumière et terminons notre parcours sans moteur une nouvelle fois, juste à la hauteur des premiers commerces. Yoon installe la lampe sur la voiture et téléphone à nouveau pour signaler notre nouvelle position à celui qui va me récupérer.

Le temps est long dans cette attente. Je rumine quelques mauvaises pensées en m’obligeant tout de même à relativiser.

Au volant d’une Mercédès,  un homme d’une quarantaine d’année arrive. Figure de boxeur, il me dit bonjour et je vois une bouche avec seulement la moitié des dents. Je paie Yoon en lui demandant de régler sa part à ce nouveau chauffeur et je quitte sans remords (quelle honte !) le taxi en panne.

Yoon ferme ma portière avec de nombreux Sorry – Sorry – Sorry  Mitchel

Sur un démarrage à vive allure, le boxeur-chauffeur me dit :

-       Ok  Bangkok

-       Non, je vais à l’aéroport

-       Bangkok  good !

-       Non cap ban (maison) good. Go Suvarnabhumi (Aéroport).

Enfoncé dans mon siège, je vois le compteur grimper rapidement  100 – 110 – 120 – 130 – 140 … jusqu’à quelques pointes à 160 ...

L’autoroute comporte de nombreux dos d’âne, notamment avec les ponts surplombant les cours d’eau. Il ralentit un peu, mais pas suffisamment pour que la voiture ne « s’envole » pas légèrement. Une première fois, c’est rigolo, la deuxième un peu moins et ensuite vous « serrez les fesses » au moment où la voiture touche le sol de l’autre côté du dos d’âne. Cela ne gêne en rien la conduite sportive de ce chauffeur-boxeur. Profondément enfoncé dans son siège, une main sur le volant et l’autre posée négligemment sur l’accoudoir de la portière il semble parfaitement à l’aise ou… inconscient !

Pour ne pas me faire rater l’avion, le code de la route est quelque peu malmené, en collant aux voitures précédentes, avec de nombreux appels de phares, doublant à gauche ou à droite, entre deux véhicules…etc.  Je laisse faire en essayant de me convaincre que mon destin est tracé et que je ne changerai pas ce qui doit arriver. Sept semaines en Asie rendent philosophe, vous ne trouvez pas ?

Enfin, nous arrivons à l’aéroport. Je récupère mes bagages et lui donne un pourboire lui offrant l’occasion de me montrer une dernière fois sa dentition particulière au fond d’un large sourire.

Il est 22 heures et je vais prendre mon avion normalement.

 

 

 

 

Commenter cet article

Lucia 31/05/2012 07:32


Heu j'aurais été aux 100 coups angoissée comme je suis .....Bonne journée Amicalement Lucia

Michel 16/07/2012 17:41



Un peu angoissé (sans trop le montrer)...


Enfin, tout s'est bien terminé... pour moi.


Je connaitrai la suite (pour le Taxi) lorsque je retournerai en Thaïlande en fin d'année.


Merci pour votre visite


Michel



TititeParisienne 22/05/2012 16:47


Bonjour Michel,


J'espère que tout va bien ?


Bon après-midi, amitiés, Véronique.

Michel 24/05/2012 17:33



Oui tout va bien Véronique et.... en plus le soleil est de retour .....


Bien amicalement,


Michel



francoise84 22/05/2012 09:35


bonjour MICHEL  j'ai adoré votre façon de nous narrer l"épopée


moi qui crois tant au destin , j'aurai ,je pense remis a plus tard , pensant que le ciel ne voulait pas que je parte , car tant de coincidences c'est peu banal quand meme


enfin vous etes là et sans plus d'encombres que vos peripécies thaillandaises donc ça va , tout va pour le mieux


il est vrai que votre patience a du etre mise à rude epreuve , il faut presque le flegme anglais pour aller là-bas , j'imagine moi qui suis tout le temps stressée (de rien et de tout )  je
meure la-bas  des mon arrivée rien qu'en prenant le premier taxi !!lol!


j'espère que vous vous etes bien reposé par la suite et que vous etes pret pour le depart en haute loire!


cher MICHEL  je vous embrasse amicalement  et vous dis bon sejour  à la maison   bises   francoise 84

Michel 24/05/2012 17:33



C'est mieux d'apprendre la patience en Asie.


Je n'ai même pas "ronchonné"..... Cela n'aurait rien changé d'ailleurs !


Départ imminent en Auvergne...


Bonne journée Françoise


Michel


 



Loqman 20/05/2012 17:37


Ici ce sont des pannes de RER et métro qui émaillent nos déplacements...Chacun son karma!

Michel 24/05/2012 17:29



Comme tu le dis si bien JP


Merci



JOUBERT fred et Laure 18/05/2012 20:51


Vraiment! Michel tes aventures me fond réguliairement replonger dans l'univers de tintin ...


dépéïsement , aventure , suspence  etc ...


bises @++

Michel 20/05/2012 17:35



TINTIN .... sans Milou !


Merci Fred.  Bises à toute la famille.


A Bientôt.


Michel



Florian 18/05/2012 17:19


Salut Michel,


Eh ben dis-moi ... Quelle aventure ! c'est marrant, je ne me souvenais pas tu étais grand, blond, avec une chaussure noire ! Michel ... Pignon ?? non !!


Comme le dit Françoise, on s'y croirait. En fait pour te rassurer, à l'avenir ( je ne te souhaite pas pour autant un nouvel épisode de ce genre ! ), imagine que tous les gens qui liront le
lendemain ce que tu es en train de vivre sont avec toi, dans l'action ! Ca te rassurera peut-être !


Quand nous feras-tu le plaisir de rassembler toutes tes aventures dans un support papier, en vente dans toutes les bonnes librairies ?


Bon retour chez nous, où d'ailleurs, ton chauffeur à la Mercedes en aurait pris pour 2000 ans de prison et quelques milliards d'amende, avec sa conduite " vous inquiétez pas, vous s'rez à l'heure
"!


Bon week-end, bye


Florian

Michel 20/05/2012 17:30



Et tu ne sais pas tout, mon cher Florian !!!! ...


Grand ..ouais pas tant que cela... J'ai du perdre quelques centimètres.. (plus de talonnette)


Blond, c'était tout petit, et... plus tard, un essai furtif (totalement raté) de coiffure... Maintenant je "shampouine" à la javel: c'est  super blanc !


Chaussure noire... Je l'ai gardé, l'autre est une charentaise !!!!


Bonnes librairies ? ... La Librairie des Ecoles n'existe plus !


Les amendes pour le chauffeur ? ... Il aurait sans doute pu négocier...là-bas.


Merci pour ta visite et ce moment d'humour.


Michel


 



Peggy 18/05/2012 12:38


J'espère que tes 7 semaines étaient reposantes car ce retour aurait le don de remettre le stressomètre au top!!!!Quelle aventure!!!!


En attendant le plaisir de te voir (à notre nouvelle adresse!!) et de t'écouter nous raconter ce long séjour, nous t'embrassons très fort.


Peggy & Co


 

Michel 20/05/2012 17:18



Merci Peggy. Si j'ai eu trop chaud en Asie, le retour est un peu frisquet !  ...


Tout va aussi bien que possible. Je pars en Auvergne en fin de semaine et vous rendrai visite un peu plus tard.


Bises à tous les 4.


Michel



JLM 18/05/2012 10:31


Bonjour Michel,


je découvre en même temps que votre blog cet excellent article désopilant... plus vrai que nature... et qui m'a beaucoup fait rire vu que ce type de sketch nous pend au nez à tous sur le chemin
de l'aéroport... Peut être en fin de compte que plus qu'un problème d'eau dans le moteur il y a dessous un règlement de comptes entre les Phi et votre chauffeur suite à un malentendu non
solutionné... ou avec vous, allez donc savoir !... La prochaine fois essayez d'embarquer une patte de lapin ou quelque chose comme cela... pour réduire les incertitudes... Bon vol ou bonne
arrivée en France suivant votre positionnement géographique actuel... JLM 

Michel 20/05/2012 17:16



En effet, je n'avais pas pensé à cela ! Les Phi avec.. peut-être bien moi-même après tout - .


Je vais prendre quelques précautions pour la prochaine fois.  .


Merci pour votre visite.


Michel



Alain de Sisaket 18/05/2012 10:17


Ahhhh, mais quel stressss !!!


Comme Alain Udon. je suis toujours en avance de plusieurs heures au grand dam de mon epouse d'ailleurs qui, elle, se contenterai bien de quelques mn d'avance !!! Douce insouciance Thaie...

Michel 20/05/2012 17:13



Oui, il y a une grande différence, en général, avec nos envies d'être à l'heure (c'est à dire en avance) et la "nonchalance" des Asiatiques qui ont toujours le temps .... Je connais aussi !!!


Merci pour ta visite Alain.


Michel



JPSIAM 18/05/2012 10:11


Un seul mot; rocambolesque! C est du Michel, pourquoi ne prends tu pas le bus pour l Aeroport! Jean-Pierre

Michel 20/05/2012 17:39



C'est une idée pour la prochaine fois.... A Voir.


Merci Jean Pierre.


Michel



Articles récents

Hébergé par Overblog