Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Aujourd'hui

Avec l'embarquement, j'ai perdu Madame et Monsieur ... pas contents de n'avoir pu obtenir un changement de siège.  Nous ne saurons pas si la bonne humeur est revenue ou si cela les a rendu un peu plus ronchons !

 Embarquement.

 13 heures 45. Annonce pour l’embarquement. Ici aussi, les comportements sont un peu "infantiles". Souvent,  des passagers n’écoutent pas et se précipitent pour entrer dans l’avion. Si le personnel ne fait pas la police et laisse faire, c’est l’anarchie . L’appel en premier des places situées au fond de l’appareil permet d'éviter les bouchons dans les couloirs. Comme je suis placé presque au fond de l’avion > Siège 65 A, je monte rapidement lorsqu'on m'y invite et je ne verrai pas la cohue de l’embarquement.

Dans l’avion, il n'est pas rare de voir l’inévitable passager poussant avec rage un bagage (parfois le déposant dans l'allée) parce que celui ci ampute sur la portion qu’il estime avoir le droit d'utiliser dans le coffre au dessus des sièges. Il pourrait exécuter ce geste avec un peu d’amabilité. Non, Monsieur est déjà énervé ! Peut-être le stress du départ !!!!

02.Rangement des bagages

Nous quittons l’aéroport avec cinq petites minutes de retard, ce qui est peu. Ce matin, en arrivant à Roissy la température était de 7°. Autant dire qu’il fait froid. La pluie continue de tomber. Le ciel est gris, très bas et le ciel verse des larmes pour notre départ. Je ne vois pas très loin, mais ce n’est pas moi qui pilote...


04.On-n-y-voit-goutte.jpg

Après avoir roulé un moment, nous décollons avec quelques secousses et traversons les nuages qui cachent le ciel de Roissy. Je distingue seulement l’aile dans ce coton alors que nous montons rapidement.

06.traversons les nuages

Enfin, au dessus, le soleil est là ainsi que le ciel bleu.

Magnifique… nous partons vers le beau temps...

07.Au dessus des nuages

Pendant le voyage.

Le siège B à côté de moi est libre. En C, une dame Vietnamienne a pris place. Elle disparait bien vite sous une couche de foulard, dans un trop grand anorak et s’endort. Je somnole également jusqu’à ce que l’apéritif soit servi, puis le repas.

10.Apéritif puis déjener

Je baisse un peu le siège et appuie ma tête contre le dossier du milieu pour essayer de dormir un peu. Je bouge, m’agite et contrarie le sommeil qui ne vient pas. Ma voisine, après avoir déjeuné s’est enfouie à nouveau sous ses multiples vêtements. Je ne distingue que ses mains.

Pour faire passer le temps, il me reste le film sur l’écran central. C’est une vision saccadée car les nombreuses personnes qui se déplacent ou s’arrêtent pour parler à une connaissance ne s'aperçoivent jamais qu’ils gênent les passagers assis sur les sièges côté hublots. De toute façon, cela n’a pas vraiment d’importance pour moi puisque mon écouteur ne fonctionne pas. Il est bloqué sur la chaine 8, musique POP. C’est bien mais au bout de 10 minutes, cela devient lassant. Allez, je vais essayer de dormir à nouveau.

Le temps ne passe pas très vite, j’ai vraiment du mal à trouver le sommeil. Les yeux fermés, je passe en revue mes deux mois et demi en France. Je refais le film à l’envers lorsque je sens quelque chose qui glisse le long de ma cuisse. Il n’y a personne sur le siège B…. Je m’interroge, aurais-je rêvé ?... plus rien. Mon esprit vole d’une chose à l’autre un temps que je ne saurais apprécier. … Encore quelque chose qui m’effleure, j’ouvre un œil puis l’autre, je tourne la tête. Ma voisine s’est installée, pliée sur les deux sièges (ce qui est facile car c’est une petite bonne femme) et par moment, en bougeant, ses orteils viennent toucher ma cuisse. Elle doit dormir et ne se rend pas compte. Se croit-elle dans son lit au Vietnam ?.... Je ne bouge pas et laisse « glisser »….

Je réussi à somnoler presque deux heures, sans jamais tomber dans un vrai sommeil. (C'est rare car en général, je dors bien en avion!)

Plus tard, entre somnolence et regards sur le film dont je ne peux entendre le son, ma voisine me fait signe de m’allonger sur mon siège et celui du milieu, comme elle était voici quelques instants. Excellente idée, sauf que je mesure plus d'un mètre cinquante (même si je ne suis pas très grand). Elle insiste avec forces gestes autoritaires. J’enlève mes chaussures et me plie autant que je le peux. Elle me passe une couverture roulée en boule pour mettre sous ma tête reposant contre le hublot. Je la remercie et me demande combien de temps je vais tenir dans cette situation.

Environ un quart d’heure plus tard, j’ai les mollets en feu, une crampe qui commence, je déplace  mes jambes en les étirant devant les sièges. Madame tape sur mes pieds et me montre la place tout à côté d’elle presque contre sa cuisse .…Un vrai adjudant ! Je m’exécute non sans mal et un peu de gêne. Elle sourit et me dit : Good Good…. Je ne sais combien de temps je reste dans cette position peu confortable, jusqu’à ce que je m’allonge en travers, les pieds par terre, puis doucement sous le siège devant moi. Je fais semblant de dormir… jusqu’à ce que je m’endorme vraiment, allongé sur mon fauteuil baissé au maximum, les pieds très allongés sous le siège devant moi.

Lorsque je me réveille un peu plus tard, ma nouvelle copine Vietnamienne a repris sa place préférée, les pieds contre mes cuisses.

Maintenant on se connait (!!!).

Finalement, c’est un voyage durant lequel je n’ai pas beaucoup dormi, mais un voyage fort convenable. Ces nombreux Vietnamiens autour de moi, épuisés par les visites de Paris, étaient fort disciplinés et bien moins bruyants que nombre d’Européen.

(Voir Paris - Bangkok avec les bidochons).

Le jour commence à se lever avec des couleurs magnifiques.

11.Neuf-heures-plus-tard.jpg

12.Le jour se lève

En descendant vers l’aéroport de Bangkok,

nous traversons à nouveau des nuages épais.

Nous sommes fort secoués, conséquence du temps orageux.

13.En bas la Thailande

Le ciel se couvre rapidement, nous serons

bientôt en période de mousson.

14.Nous descendons

A l’approche de Bangkok, je prendrais pour ma voisine quelques photos souvenir de l'atterissage, avec son appareil. Elle me donne une carte professionnelle et me propose, si je retourne un jour au Vietnam, de lui rendre visite à Saïgon.

Nous nous posons à l’heure exacte prévue: 5 heures 55. Il est presque une heure du matin en France. Avec l'heure d'été, nous avançons ici de 5 heures.

Il pleut légèrement et lorsque l’avion se pose, l'orage éclate laissant deviner l’aéroport, à travers une forte pluie, zébrée d'éclairs.

 

15.Atterissage...sous la pluie

 

17.Arrivée sous l'orage

A peine sortis de l'avion, la chaleur colle nos vêtements peu adpatés pour cette température tropicale.

*-*-*

Bienvenue en Thaïlande.

Orchidee01.jpg

 

Commenter cet article

thierry 07/07/2010 20:05



Bonsoir Michel,


je pars dimanche et suis tombé par hasard sur ton récit en tappant TG931. Je dois dire que c'est super bien observé et décrit.


De l'attitude des farangs qui ne débranchent jamais, à celle du voyageur qui cherche le sommeil.


Merci de cette ballade en plein vol!



Michel 07/07/2010 23:42



Et bien BON VOYAGE et BON SEJOUR Thierry,


Merci pour ta visite. Tu reviens quand tu veux.


Michel



Natacha 08/05/2010 09:34



Bonjour Michel, finalement ces longs voyages ne sont pas si ennuyeux que cela : regarder, observer, il y a toujours matière à remplir "son journal de bord" de toutes ces heures passées à
l'aéroport et dans l'avion. C'est notre société qui se promène et nous faisons partie nous-mêmes de ce grand théâtre populaire ambulant ! Pour ma part, les préparatifs font partie intégrante d'un
voyage et dès que je quitte mon home  c'est l'adrénaline qui monte ... Il fait toujours aussi frais même dans mon Midi : attendons les "Saints de glace" !!


Ah cette chaleur retrouvée du bout du Monde doit faire un bien fou ! (ajoutée à la chaleur humaine ...)    Bonne journée    Natacha



Michel 08/05/2010 18:39



Bonjour Natacha,


Je dois dire que je ne m'ennuie jamais en voyage et notamment dans les salles d'attente car il y a souvent de quoi observer et trouver matière à réflexion, à l'écriture parfois. Il va de soi que
je suis aussi dans ce théatre ambulant. J'observe mais je sais bien que je suis aussi observé...  Mais quel bonheur, malgré parfois les inconvénients cela va de soi..


S'il fait frais dans le midi, ici il fait vraiment trop chaud. Je n'ai jamais vu une chaleur pareille. Cela me donne une petite idée d'un très court article demain ou après demain.  Cela
tombe bien car j'ai l'impression que cette chaleur ramollit un peu mes neurones. Syndrome de la page blanche !!!!


Bonne journée.  Merci pour ce commentaire.


Michel



alain 08/05/2010 05:44



pour moi ces voyages sint toujurs magiques


alain Udon



Michel 08/05/2010 18:33



Et oui, en un peu plus de 10 heures, nous changeons de culture... C'est superbe. Michel



JPSIAM 08/05/2010 02:16



Bonjour Michel si tu veux être tranquille réserves toujours un sièges série H ou C ou G ou D en bord d allée quelque soit le numéro.
 D’autre part j’ai pris l’habitude de poser immédiatement les chaussures en montant dans l’avion, ce qui évite les crampes. En aout la Thai remplacera
les vieux B747 par des B777.  Jean-Pierre



Michel 08/05/2010 03:46



Tu as raison Jean Pierre


Cette fois, j'ai oublié de demander un fauteuil (j'aime bien C) ... Je n'ai même pas regardé ma place à l'enregistrement et voila... une histoire à raconter.


Je devais être distrait par la mésaventure de la passagère du RER


Bien noté d'enlever immédiatement les chaussures pour les crampes.


Bientôt ton départ.. Cela va te changer de la chaleur ici...


Bonne journée


Michel



Articles récents

Hébergé par Overblog