Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Publié le par Michel
Publié dans : #Les choses de la vie

La semaine dernière, je me trouvais en Auvergne (Haute-Loire) en visite dans ma famille. Le temps était mitigé : quelques journées grisâtres encadrant d’autres jours ensoleillés, sous un vent froid.
Jeudi 12 Mars, sous un beau ciel bleu, ma Mère et moi quittons Langeac pour rejoindre Costaros, une petite ville sur la nationale 102 entre Le Puy et Pradelles. Entre 1948 et 1957 notre famille habitait à Pradelles / 43 Haute-Loire. Au fond de ma mémoire, les souvenirs d’enfance sont toujours présents.
A Costaros, nous retrouvons les derniers descendants de la famille de ma mère, née Lavastre. Après le déjeuner, nous prenons la route vers l’Ardèche. Les routes sinueuses nous laissent découvrir de beaux paysages, même en mars. Avec un peu d’imagination, il est possible de reconstituer ces « cartes postales » au printemps et en automne. Nul besoin d’imagination pour l’hiver, car nous n’allons par tarder à nous y retrouver.
La neige tombée depuis le mois d’octobre 2008 n’a pas totalement disparue et lorsque nous passons les sommets (et ils sont nombreux) nous sommes en hiver. Mais un hiver où les routes seraient dégagées….C’est bien plus commode pour circuler !
C
i-dessous, quelques photos de cette ballade :
En quittant la nationale 102 pour la départementale 110, puis la D.116 direction Coucouron et le Lac d’Issarlès, les routes deviennent de plus en plus petites,… nous descendons vers des vallées, remontons vers les sommets et trouvons la neige sur des routes départementales encore plus étroites...




Enfin, nous ne tarderons pas à arriver  à Cros de Géorand un petit village où naquit Jean LAVASTRE vers 1615.




 

 

Nous connaissons cela grâce à des recherches généalogiques effectuées par un descendant d’une autre branche de cette famille.
Lavastre Jean
Né vers 1615 - Il eut 4 enfants
dont
Lavastre Pierre
Né avant 1642 Décédé en 1680 à Cros de Géorand / 07 Ardèche. - Il eut 6 enfants.
dont
Lavastre Pierre Né en 1671 Décédé en 1728 à Cros de Géorand / 07 Ardèche. - Il eut 8 enfants.
dont
Lavastre Jean Baptiste Né vers 1713 Décédé en 1770 à Coucouron / 07 Ardèche. - Il eut 9 enfants
dont
Lavastre Jean François Né en 1765 Décédé en 1822 à St Arcons de Barges / 43 Haute-Loire - Il eut 6 enfants
dont
Lavastre Jeanne Marie Née en 1812 Décédée en 1885 St Arcons de Barges / 43 Haute-Loire
Elle eut 1 enfant

Lavastre Pierre Né en 1845 Décédé en 1908 à St Etienne du Vigand / 43 Haute-Loire - Il eut 7 enfants
dont
Lavastre Joseph Auguste ………….(mon Grand Père maternel).
Né en 1898 Décédé en 1972 - Il eut 9 enfants, dont ma mère.
________________________________________________________
A 1260 mètres d’altitude, LE BEAGE, nous stoppons pour un moment de détente et une boisson chaude dans une sympathique auberge. Le jeune restaurateur, très aimable nous expliqua combien l’hiver fût long.
Si votre route passe dans la région, faîtes un détour, vous ne serez certainement pas déçus _________________________________________________________

Tél 04.75.38.85.02  Fax 04.75.38.53.04

http://www.beausejouraubeage.com/ 
_________________________________________________________ 

Et puisque vous serez dans la région,
profitez-en également pour vous rendre à  l’abbaye de Bonnefoy  et visiter 
LA FORÊT DE BONNEFOY
« Avec plus de 40 % de sa surface boisée soit 1 483 Hectares, Saint Martial est une commune forestière. Parmi ses beaux massifs forestiers, la forêt de Bonnefoy est une des plus anciennes, créée vers 1550 par les chartreux de l'abbaye de Bonnefoy. La forêt de Bonnefoy est constituée en autres, de magnifiques sapins pectinés, de pins sylvestres, et de feuillus. Vous pourrez parcourir ce beau massif à pied ou bien en voiture (Avec par exemple, la ballade de la vallée du Pradal, ou bien la Route des sucs). Enfin vous croiserez certainement le panneau de la ligne de partage des eaux, cette ligne passe à côté du Mont Gerbier des Joncs. »
Ma famille paternelle a vraisemblablement pour origine ces régions, mais cette forêt n’a rien à voir avec notre famille.. et l'Abbaye non plus....
Cependant, une chose est certaine, la région est magnifique !

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Histoire d'un jour

Le 18 février dernier, je quitte la végétation luxuriante et le soleil d'Asie pour l'Europe. Depuis trois jours, je suis malade et je quitterai un moment mon lit, à l'initiative d'Alain,  pour me rendre chez le médecin dans l'après-midi précédant mon départ.

Une forte fièvre et une toux persistante m'épuisent. Je me fais quelques soucis en m'imaginant toussant sans discontinuer durant les douze heures du vol de retour. Heureusement, la jeune femme médecin à qui j'explique la situation, me fait une piqûre qui devrait faire "tomber" la fièvre rapidement et me donne des médicaments pour les jours prochains.

En effet, le retour se passe sans problème et je n'ai dérangé aucun passager. A l'arrivée à Roissy, la  température au sol est de 5°, c'est une grande chance car c'était bien pire quelques jours auparavant.

Les jours qui suivirent se passèrent soit au lit, soit au chaud dans l'appartement. Je ne fis que quelques sorties pour remplir le frigo ou me rendre à la pharmacie. Enfin, aujourd'hui, cela va mieux, mais je ne suis pas prêt pour le triathlon (!)....honnêtement, je ne suis même pas capable de réaliser cet exploit, même lorsque tout va bien. Il me reste encore à soigner un bel herpès qui vient de commencer. Je devrai jouer au loto car actuellement, à chaque coup je gagne un truc en plus....

Mais arrêtons là mes délires.

Il fait froid ici.... Voici  quelques photos de ce que j'ai quitté en Thaïlande,


Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Camillian

En arrivant à Camillian Social Center, près de Rayong le mercredi 11 février, quelle n’est pas ma surprise de n’apercevoir personne à l’extérieur.

Pas d’enfants non plus, et en avançant, je constate que toutes les salles sont vides. Dans les premières chambres contenant 4 lits, personne !  Dans la grande salle commune avec une vingtaine de lit, une seule malade alitée ! Les portes de la salle de soins palliatifs sont fermées. Je n’ai jamais vu cela au cours de mes précédentes visites. Dans cette dernière salle, en général tous les lits sont occupés. Aujourd’hui, seuls, deux malades sont couchés, dont un jeune homme bien mal en point, pris en charge par un aide soignant.

Tout ceci est étrange et ne ressemble pas à ce que je connais de Camillian ! A ma question posée au seul aide soignant présent, je ne comprends rien à sa réponse, vraisemblablement pas plus qu’il n’a compris ma question.

Alors que je quitte ces deux malades, j’ai la réponse à ma question.


Le Père Giovanni vient de sortir de la chapelle, précédé par deux enfants de chœur et d’un missionnaire Camiliens. Ils sont vêtus d’une soutane blanche et au moment d’entrer visiter les malades alités, le Père s’approche de moi. Nous nous saluons et il me dit qu’aujourd’hui (11 février) est la journée mondiale des malades.

Peut-être, comme moi, vous ne savez pas...

(explication en cliquant ici).

Une messe est organisée où sont présents tous les malades pouvant se déplacer, ou être déplacés avec des fauteuils roulants. L’après-midi un concert et des divertissements sont proposés à tous.

Peu après, tous les pensionnaires du centre et les aides soignants rejoignent le préau pour le lunch. Certains m’aperçoivent et viennent à ma rencontre, ce qui veut dire parfois : Michel, tu peux me donner quelques sous ?... Ils ont de multiples méthodes, même en ne parlant que le thaïlandais, pour me faire comprendre leur souhait.

Très vite, avec Jojo, responsable de la cafétéria et Coco, nous préparons le panier contenant environ 70 canettes de boissons diverses.

Il ne reste plus qu'à effectuer la distribution ….Pendant celle ci, d’aucun me feront malicieusement remarquer que je ne suis pas revenu depuis plus de trois mois. En effet, ils comptent bien. Ma dernière visite était le 31 octobre 2008.

Je constate d’ailleurs que certains malades ne sont plus là. De nouveaux venus les ont remplacés. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de jeunes gens et jeunes filles parmi ceux que je ne connais pas.

Au fond de moi, j’ai des remords pour les avoir « abandonnés » aussi longtemps, mais je me reprends très vite en me convaincant que je n’avais pas beaucoup de solutions afin de prendre un peu de recul et envisager de nouvelles méthodes de visites, plus proches de mes capacités physiques, mentales et financières.

Car ces visites sont souvent épuisantes, usant parfois le mental, notamment lorsque les accompagnements sont très (trop) durs (dans ces cas, je suis bien seul face à cela) et sont devenues au fil du temps assez onéreuses.

Mais je pense avoir quelques solutions pour les futures visites.

A Langeac où j’ai vécu 10 ans, en Auvergne, le dicton,  en vieux français, n’est-il pas :

« Qui veult Peult ! » = Qui veut peut !

Pendant la remise d’une boisson à chacun – parfois deux pour les resquilleurs : aujourd’hui, je fais comme si je ne voyais rien -  je suis aidé par deux jeunes étudiants Japonais, effectuant un stage de deux semaines à Camillian.
Assez régulièrement, le Centre reçoit des stagiaires Japonais, étudiants pour devenir Médecins ou Infirmiers.

Depuis le mois de novembre, de nouveaux travaux sont en cours :

Une estrade en construction sera destinée à la danse et à  la gymnastique  afin de permettre aux malades de se divertir tout en faisant travailler leurs muscles qui, malheureusement, s’atrophient souvent rapidement.

Un bassin décoratif est en cours de finition.
Je suis épaté par le travail de l’ouvrier avec ses instruments rustiques. Nul doute que ce petit bassin accueillera des poissons. Les thaïlandais adorent les poissons !  Comme la plupart des asiatiques !


Un dernier tour auprès des malades, un arrêt un peu plus prolongé avec mes préférés à qui je glisse, le plus discrètement possible, un billet ...

ADD, toujours souriant, malgré tous les handicaps qu'il subit est une leçon de courage.




Et nous reprenons la route pour Pattaya.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Thaïlande-Aujourd'hui

Vend un magasin bien situé au bord d'une avenue passante.

Excellente situation géographique : entre immeubles résidentiels, nouvelles constructions et ... bientôt, derrière les palissades, à côté de cet ensemble aux couleurs osées... une tour de 327 mètres
OCEAN 1  TOWER.
_______________________________________________________
Notre magasin est équipé de toutes les technologies: le téléphone se trouve juste au dessus. On a le choix des lignes.


Le compteur d'électricité vient d'être relevé...
  

Il y a parfois un faux contact quand l'oiseau sort du nid de paille...


Approchez-vous, voyez-vous l'oiseau ?...

 

Non, il reviendra.. bientôt !
_______________________________________________________


Il y a vue sur la mer. Si Si. Voyez la photo suivante...

 

En voici la preuve (Voir les V rouges)

Le soubassement est solide et tout est bien attaché

En cas de panne de téléphone, le dépannage est assuré rapidement par des professionnels.
Jomtien Pattaya 2009

........ Alors, vous me l'achetez, ce magasin ?

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Histoire d'un jour

Mon cœur bat la chamade, je suis énervé, j’ai chaud, l’angoisse est là, tapis au fond de moi, prête à me sauter à la gorge …..

 Un geste vers la lampe de chevet, elle s’allume. Mes yeux ne s’ouvrent pas facilement, et, après un instant, la main en visière pour atténuer la lumière, je regarde par deux fois le réveil : 3 heures du matin. Il n’y a que 3 h et demi que je suis couché.

Quel est donc ce cauchemar qui m’a fait bondir du lit au milieu de la nuit ?

Coq2.jpgLe souvenir n’est pas facile à revenir. Il était vaguement question d’un coq.

Quoi, un coq ?…. Oui, un coq !….            

Et bien, voilà aut’ chose !

Je suis maintenant réveillé. Oublions donc !

Après la mise en route de l’ordinateur, je me sers un café – pas trop fort tout de même – et prends connaissance des nouvelles sur Internet après ce jeudi noir [Grèves en France], mais il est trop tôt car à Paris il est 21 heures.

Quelques tableaux Excel à modifier me retiennent un peu plus longtemps que je ne l’avais pensé et il est 5 h 30 lorsque je retourne au lit.

Comme c’est bon de se retrouver entre les draps, dans le noir. Je cale ma tête confortablement sur l’oreiller, me tourne côté droit et me laisse envahir par une lente torpeur. Assez vite, arrive ce moment délicieux où l’on n’est pas encore endormi mais où, l’on n’est déjà plus tout à fait réveillé.

Un moment entre conscience et inconscience, où le corps se détend et l’esprit s’en « va » doucement….

Il m’est impossible de savoir combien de temps s’est passé lorsque revient …. LE COQ !

Et le cauchemar reprend comme il s’était arrêté :

Je suis à Dieppe, dans la librairie où j’ai travaillé durant vingt années, dans la réserve. Cette réserve est bizarre, c’est une cave voutée avec un sol en terre battu [c’est bien meilleur pour stocker le vin que la papeterie et les livres].

C’est pourtant des livres qui se trouvent sur des étagères dans cette pièce !  Mais le plus incroyable, incompréhensible et inquiétant, c’est que je suis face à un COQ méchamment agressif.

Dés que je fais un pas, il saute en battant des ailes, gonfle le cou, hérisse ses plumes et affirme sa colère. Mais c’est qu’il vous planterait bien son bec dans les mollets cette andouille de COQ.

Cette attitude démontre son envie d’en découdre.  

Enfin, aurai-je peur d’un Coq ?...

Je tape des pieds, il recommence sa danse guerrière. Si je recule, il avance, si je tourne à moitié le dos, il fonce. 

C’est insensé cette histoire ! 
Honte à moi qui ne suis pas rassuré !

Il est vrai que j’ai – de tout temps – détesté les volailles et leurs saletés. Dans mon assiette, j’en accepte le blanc, sans trop penser à la bestiole.

Cette situation dura un temps inconnu et se termina sans vainqueur, ni vaincu. Le sommeil maitrisa cette « lutte » mais n’effaça pas ce cauchemar de ma mémoire, ce qui me permet de vous le décrire ici.

Quelle signification, quelle symbolique, qu’est ce que cette folle agitation des neurones durant mon sommeil…

Autant de questions qui resteront sans réponses !

Fort heureusement, mon côté pragmatique me dit de prendre les choses pour ce qu’elles sont : Un mauvais cauchemar !

Et puis, je l’ai échappé belle. Imaginez qu’à la place de ce Coq agressif, ce soit avec un énorme rat, un gros et grand serpent ou un éléphant en furie …….que je me sois trouvé face à face….

Bon d’accord, l’éléphant dans une cave c’est un peu limite… je vous l’accorde.

Mais, CHUTTTT, ne le répétez pas.

Avec de telles histoires, est-ce que cela ne me donnerait pas une place privilégiée pour l’ H.P. [Traduction : Hôpital Psychiatrique].


Michel

30 Janvier 2009.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog