Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le billet de Michel

Observer - Photographier - Partager....

Articles avec #humeur catégorie

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

Cadenas, Graffitis, Humeur, Ponts, Paris.

Cadenas et Graffitis

Voici quelques temps les cadenas accrochés au Pont des Arts ont été enlevé par la Mairie de Paris. Des panneaux de verre ont remplacé les grillages. Les Tags commencent à  apparaitre et des cadenas sont néanmoins installés (en plus petite quantité) sur la structure.

Autrefois

Autrefois

Autrefois

Autrefois

Autrefois

Autrefois

Il reste quelques points d'accroche
Il reste quelques points d'accroche

...

Paris. Cadenas et graffitis

...

Paris. Cadenas et graffitis

...

Paris. Cadenas et graffitis

....

Nouveau / "Tagger le verre"
Nouveau / "Tagger le verre"

...

Photos, 13 mars 2016.

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

Jérôme Kerviel vient d’être condamné aujourd'hui  5 octobre 2010 par la 11ème chambre correctionnelle de Paris.

La condamnation est très lourde :5 ans de prison dont 3 ans ferme et 4.9 milliards d’€uros de dommages-intérêts à la Société Générale.  Avec son salaire actuel de 2.300 euros mensuel, Il va lui falloir vivre un peu plus de 170.000 ans pour payer sa dette, si la totalité du salaire était saisi.

Il est vrai que la Société Générale a perdu 5 milliards d’euros dans cette histoire, mais comment croire que la banque est blanche comme neige dans cette affaire. Les contrôles internes n’ont-ils pas été défaillants ?....

Evidemment, ce qu’il a fait mérite une sanction, mais que penser d’une condamnation aussi ahurissante ?... Ne serait-ce pas pour blanchir tout simplement la banque de toute culpabilité ?  En effet, il a fait perdre 5 milliards, on lui demande d’en rembourser 4.9 milliards d’€uros. 

Aux yeux de la loi, la banque n’aurait donc rien à se reprocher.

Quoiqu'il en soit, la banque ne rentrera jamais dans ses fonds !

Quelques explications complémentaires pour mieux comprendre :

L'Expansion - Pour comprendre le jugement

 L'Expansion - Peut-il vraiment payer ?

Dans un article précédent, j'avais effectué des estimations de remboursements. J'avais été très généreux car je croyais que l'on ne pouvait pas prendre plus de 33 %. Ce pourcentage n'est pas juste: voici un lien qui vous donnera toutes les précisions sur le sommes pouvant être saisies : (c'est complexe !!)

L'Expansion - Que peut-on lui saisir ?

Avec un salaire de 2.300 €uros par mois, et une saisie de 1.048 €uros mensuels soit  12.576 €uros annuel.

4.900.000.000 milliards divisés par 12.756 = 

Remboursement en  389.631 années (sans intérêts) ! ! ! !

Pardon, j'oubliais + 3 ans de prison sans revenues = 389.634 années.

+ un petit bonus pour les intérêts..

Tiens, au fait cela fait combien les intérêts ?

......... >>>>> A Suivre !


  (De toute façon, un appel est déposé donc nouveau procès ...)



Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

Legion-d-honneur.jpgSi je vous dis qu’en parlant de hochets je cite la Légion d’honneur, je vais entendre mes oreilles siffler !  Pourtant, je ne fais que répéter une conversation de Napoléon. Bien évidemment, je n’y étais pas, vous vous en doutez, donc je me fie à quelques lectures.

Comme certains y voyaient une atteinte au principe de l’égalité civique, Bonaparte, en conseil d’État justifie cette institution : «Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, et bien c’est avec des hochets que l’on mène les hommes.»

A tout bien penser, ce n’est pas faux, mais sans brocarder une publicité,  avons-nous aujourd'hui les mêmes valeurs ?

Sous Napoléon, avec la vertu, l’honneur, l’héroïsme ou  la bravoure on obtenait la Légion d’honneur.  Aujourd’hui, je vous laisse remplir les cases (1) :

…………………… / …………………… / …………………… / …………………… /

Toutes ces histoires de Légion d’honneur accordée à tel ou tel me lassent.  (Ne suivez pas mon regard !... Vous savez de qui je veux parler car on se couche avec, on se réveille avec et on vit la plus grande partie de la journée avec … ces informations (2)).


Y’en a MARRE !... Même si le contexte est un peu plus particulier que d’habitude, ne croyez-vous pas que chaque gouvernement en place a distribué bien des … hochets !.. pour récompense et non pour services rendus  à la nation !  Ce n'est pas une nouveauté. Ce n'est pas une excuse non plus, j'en conviens...

Cependant cette vindicte médiatique m'effraie. Sommes-nous si bas tombés que nous ne puissions connaître les faits que par la presse et ses scandales ? 

 


Un peu d'histoire : 


La naissance de la Légion d’honneur est la loi du 19 mars 1802 (29 floréal an X) par laquelle Napoléon Bonaparte, premier Consul, crée un ordre qui soit « le signe de la vertu, de l’honneur, de l’héroïsme, une distinction qui serve à la fois la bravoure militaire et au mérite civil ».

La Légion d'honneur est le premier ordre national - La première promotion officielle de légionnaires date du 24 septembre 1803, l'insigne, « la Croix », date de 1804. Une première remise d'insignes par Napoléon, devenu empereur des Français, a lieu à Saint Louis des Invalides le 15 juillet 1804. Une seconde cérémonie a lieu à Boulogne-sur-Mer le 16 août 1804.

Les principes d'origine de 1802 n'ont en rien été modifiés. L'appartenance à l'Ordre est « la récompense de mérites éminents acquis au service de la nation, soit à titre civil, soit sous les armes, toujours sous le signe de l'honneur et dans la fidélité à la Patrie ».



Certains courent plus vite que leur ombre pour se faire décorer, mais il en est qui la refuse.


Le curé d’Ars, saint Jean-Marie Vianney, reçut la croix de chevalier de la Légion d’honneur en 1855, à son insu : la demande en avait été faite par le sous-préfet de Trévoux et le préfet de l’Ain. Il la refusa au motif que la croix ne rapporterait pas d’argent pour les pauvres...

Jean Victor Marie Moreau se moquait de l’institution de la Légion d’honneur. Quelqu’un lui disait qu’on avait dessein de donner la croix, non seulement à ceux qui se seraient distingués par la gloire des armes, encore à ceux qui se seraient fait remarquer par leur mérite et par leur savoir. Il s’écria : « Eh bien ! Je vais demander la croix de commandeur de l’ordre pour mon cuisinier, car il a un mérite supérieur dans l’art de la cuisine. »

Les collaborateurs du Canard enchaînése sont donné depuis toujours comme règle de refuser les décorations, au premier rang desquelles la Légion d’honneur (Pierre Scize, journaliste, fut renvoyé du journal en 1933 pour l’avoir acceptée bien qu'elle lui fut décernée à titre militaire.)

Le dramaturge Népomucène Lemercier refusant de prêter serment à l’Empereur et à sa dynastie,

La Fayette,

Le poète Jean-François Ducis (qui préférait « porter des haillons que des chaînes)

Mgr Maurice de Broglie,

Gérard de Nerval,

Nadar,

George Sand (qui écrivit au ministre qui lui proposait la croix : « Ne faites pas cela cher ami, je ne veux pas avoir l’air d’une vieille cantinière ! »),

Honoré Daumier (qui déclara : « Je prie le gouvernement de me laisser tranquille ! »),

Émile Littré,

Gustave Courbet,

Guy de Maupassant,

Maurice Ravel (qui refuse immédiatement cette distinction, sans donner de justification),  

Pierre et Marie Curie (Pierre, à qui l’on proposait la croix, rétorqua simplement : « Je n’en vois pas la nécessité »),

Claude Monet,

Georges Bernanos

Eugène Le Roy,

Jean-Paul Sartre,

Simone de Beauvoir,

Albert Camus,

Antoine Pinay

Brigitte Bardot (qui est décorée en 1985 mais refuse d’aller la chercher),

Catherine Deneuve,

Claudia Cardinale.

Hector Berlioz, auquel l’État désargenté voulait payer une messe de Requiem avec le ruban rouge au lieu de verser les 3 000 francs promis, s’écria : « Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent ! ».

Des poètes anarchistes comme

Jacques Prévert,

Georges Brassens qui en fit une chanson.

Léo Ferré, qui a brocardé « ce ruban malheureux et rouge comme la honte ».

Geneviève de Fontenay, la présidente du Comité Miss France qu’un sénateur de Savoie voulait proposer, l’a aussi refusée pour des raisons inverses : « C’est vraiment désacraliser le ruban que de le distribuer à n’importe qui… comme des médailles en chocolat. »

L’écrivain Bernard Clavel a fait savoir qu’il refusait de recevoir la Légion d’honneur, préférant rester « dans le clan de ceux qui l’ont refusée ». Il a ajouté que son oncle Charles Clavel l’avait reçue parce qu’il avait abondamment versé son sang pour son pays dans une terrible guerre : « Je pense qu’il se retournerait dans sa tombe en me voyant porter le même ruban que lui. » C’est également le cas de

Philippe Séguin, dont le père est mort sans la recevoir.

En 1949, le ministère de l'Éducation nationale propose la décoration à

Marcel Aymé. La réponse donnée par l'écrivain est restée célèbre. Il termine son article par ces mots : « [...] pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi désirables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu'ils voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens»

Le sculpteur résistant René Iché, décoré comme chevalier pour 1914-1918, refusa la promotion d’officier en 1947 estimant que cette décoration perdait tout sens s’il la recevait en tant qu’artiste ou en tant que résistant pionnier de 1940.

Certaines personnes choisissent d’accepter la décoration mais refusent de la porter, par exemple

Jean d'Ormesson, de l’Académie française qui déclarait : « Les honneurs, je les méprise, mais je ne déteste pas forcément ce que je méprise ».

Erik Satie écrit à propos du refus de la décoration par Maurice Ravel : « Ravel refuse la Légion d'honneur, mais toute sa musique l'accepte. » 

Lorsque Aragon la refuse, Jacques Prévert, feignant la sévérité, lui dit : « C’est très bien de la refuser, mais encore faudrait-il ne pas l’avoir méritée. »

Edmond Maire la refusa en déclarant : « Ce n’est pas à l’État de décider ce qui est honorable ou pas. »

Michèle Audin, mathématicienne, fille du mathématicien Maurice Audin (1932-1957), refuse le grade de chevalier de la Légion d'honneur au motif de l'absence de réponse du président Sarkozy à la lettre ouverte envoyée par sa mère demandant que soit éclairci le mystère de la disparition de son mari en Algérie et que la France assume sa responsabilité

Le 5 janvier 2009, les journalistes politiques Françoise Fressoz (Le Monde) et Marie-Eve Malouines (France Info) ont annoncé refuser la décoration : « Rien, dans mon parcours professionnel, ne justifie pareille distinction. Je pense en outre que, pour exercer librement sa fonction, un journaliste politique doit rester à l’écart des honneurs. Pour ces raisons, je me vois dans l’obligation de refuser cette distinction.

Jean Guillou, organiste, l'a refusée en juillet 2010, ne considérant la Légion d'honneur que comme un « accessoire honorifique».

 


 (1) Bien entendu, je sais qu'il existe des personnes recevant la Légion d'honneur qui la méritent cent fois. Vous avez compris que je suis "fâché" contre ces remises de hochets à ceux qui ne correspondent en rien aux vertus souhaitées par Napoléon : les mérites éminents   militaires ou civils  rendus à la nation, puisque telle est encore à ce jour, la définition pour l'obtention de cette décoration.


(2) Affaire PdM / W.

 

 Tout savoir sur la légion d'honneur

 

 

Citations politiques de Napoléon Bonaparte


Napoléon.org

 


Sources :

wikipedia.org

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

Aung San Suu Kyi, a fêté ses 65 ans samedi 19 juin 2010.

Voici près de 15 ans qu’elle est privée de liberté

au Myanmar (BIRMANIE)

Je vous propose de lire un article paru dans le Nouvel Observateur

Aung San Suu Kyi fête ses 65 ans en résidence surveillée

 et visualiser cette vidéo.

Attention cette vidéo est violente et difficile à regarder.

Cela se passe.. au MYANMAR  (BIRMANIE).


BON ANNIVERSAIRE  Madame !

Voir les commentaires

Publié le par Michel
Publié dans : #Humeur

L'information traitée avec ironie.

Ironique, partiale et souvent injuste, cette chronique du directeur délégué de la rédaction du Point est à consommer avec modération...

 

Sans rien connaître à la science footballistique, on voit bien tout ce qui a pu faire des Bleus une équipe à la ramasse. Les journaux en sont pleins : l'aveuglement de Domenech, la mésentente des joueurs, leur mauvais placement, puisque l'on se serait ingénié à mettre les mauvais hommes aux mauvais endroits, et combien d'autres choses encore. Regardant une photo de l'équipe à l'entraînement, un esprit perspicace avait déjà pu s'étonner que.......


Lire la suite de l'article "MAUVAIS ESPRIT"


par Michel RICHARD

Les-bleus.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog